Lang IMA

À l'Institut du Monde arabe, on s'engueule sur les frais de bouche. Rien ne va plus entre l'institution présidée par Jack Lang et le groupe libanais Noura, chargé de la restauration depuis 2007. Arrivé à la présidence il y a deux ans, l'ancien ministre aurait, selon Le Canard enchaîné, demandé de larges ristournes au groupe, pour de nombreux repas pris au Zyriab, le restaurant gastronomique de l'Institut. Des requêtes accordées, jusqu'à ce que, le 17 octobre 2014, la convention soit résiliée par la direction de l'Institut en raison de divers manquements.

Vexé, Noura réclame le paiement des nombreux impayés de "M. Lang et ses invités", ainsi que de "Mme Lang et ses invités", rapporte Le Canard enchaîné.

Dès lors, l'Institut lance un nouvel appel d'offres pour la restauration, avec des demandes étonnantes. Au premier chef, celle-ci : "Le président de l'IMA devra bénéficier gracieusement et dans la limite de 1 000 couverts par an d'une table ouverte au Zyriab à longueur d'année." Ou encore : "Le délégataire devra également assurer gracieusement un service café, thé, soft dans le bureau du président lorsque celui-ci reçoit des personnalités."

Quant à la brouille entre l'Institut du Monde arabe et Noura, elle connaîtra une suite le 17 février... au tribunal.

Le 11/02/2015 avec 6Médias

Le Point