Sarcelleslite

"Hé ouais, faut se faire son seille-o (oseille), (...) ramène les tasses-pé (pétasses), sors pas un tard-pé (pétard, arme), si t'as pas les couilles de tirer". Le moins que l'on puisse dire, c'est que les paroles de 1er pocheton, du groupe de rap Sarcelleslite, ne sont pas d'une originalité folle. Ce qui l'est davantage, c'est que les membres de ce collectif de Sarcelles (Val-d'Oise) sont tous des enfants, rapporte Le Parisien, dimanche 1er mars.

Dans leur clip, visionné près de 90 000 fois depuis sa mise en ligne début janvier, les membres de Sarcelllesite n'hésitent pas à exhiber une arme, peut-être factice, des liasses de billets, mais aussi un sachet d'herbe. Certains semblent être des collégiens, mais d'autres sont clairement plus jeunes. Et tous débitent des paroles crues, sans second degré visible. "Dans le peu-ra (rap) je laisse des ceus-tra (traces), comme sur le cul à ta reu-seu (sœur)", rappe un premier. "On te canarde, y'a pas de pitié, on vise pas les ieps (pieds), on vise la teu-té (tête)", enchaîne un autre, qui n'a pas encore mué.

"Nous allons saisir le procureur"

De quoi poser un certain nombre de questions. "Les parents ont-ils donné leurs autorisations, obligatoires, pour que leurs enfants tournent le clip ? Une chose est sûre : les autorités n'ont pas été prévenues", écrit Le Parisien. Averti, le député-maire de la ville, François Pupponi (PS), parle d'un clip "scandaleux". "Nous allons saisir le procureur pour qu'il y ait des sanctions pénales exemplaires. On ne peut pas laisser faire ça"

Interrogé par le quotidien, le procureur de Pontoise indique vouloir "visionner attentivement ce clip pour déterminer si des poursuites pénales peuvent être engagées, prendre en compte les propos qui sont tenus". Des poursuites pour détention d'arme, incitation à la débauche, et apologie de crime pourraient être engagées.

Le 01/03/2015

France TV Info