Troszczynski Mylene fn

Communiqué de Presse de Mylène Troszczynski, Députée Française au Parlement Européen du 19/03/2015

Dans le but de laisser nos compatriotes dans l’ignorance le plus longtemps possible les institutions européennes ont choisi de négocier à huis clos, contre toute logique de transparence, le futur accord commercial établissant une zone de libre-échange transatlantique.

La quasi-totalité des députés européens se réjouissent des pseudos opportunités que représenterait ce traité. Aucun d’entre eux ne peut concevoir que nous puissions émettre des réserves sur ce traité. Mais nos craintes sont légitimes, craintes que partagent d’ailleurs avec nous une immense partie des citoyens européens.

Nous craignons en effet que cet accord ne bénéficie qu’aux intérêts des États-Unis, puissance déjà très agressive commercialement notamment vis à vis de notre marché si peu protégé par le fait de l’idéologie ultra libérale qui prévaut encore au sein de l’UE.

Nous craignons que par cet accord de nouvelles normes mal adaptées et déséquilibrées aux conséquences incalculables s’imposent à nous sans que nous l’ayons souhaité.

Soyons pragmatiques. La loi du plus fort s’impose toujours en matière de commerce. Nous ne sommes à l’évidence ni suffisamment armés ni assez puissants pour se permettre de livrer à la concurrence déloyale nos entreprises qui pour la majeure partie d’entre elles sont déjà fragilisées par le manque de protection de leurs activités. Les États-Unis n’abandonneront eux jamais leur politique protectionniste et patriotique pour les beaux yeux de l’Union européenne. Nos PME-PMI-TPE, notre agriculture, notre santé, comme notre culture et notre identité seront en première ligne. L’administration américaine patriotique sera redoutable lors des négociations face aux politiciens dépourvus de tout patriotisme.

Les français doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls en Europe et leur refus, a priori, de tout accord de libre-échange ransatlantique ne condamne pas la France bien au contraire ! Avoir conscience des réalités et refuser les utopies bruxelloises successives est une preuve de sagesse et de maturité politique de l’opinion.

Compte tenu des conséquences immenses que ce traité de libre-échange transatlantique engendrerait sur la vie de nos concitoyens, les élus Front National au Parlement Européen demandent à la Commission Européenne l’organisation d’un référendum au sein de tous les états-membres.

Ce référendum aurait deux avantages, si les résultats du vote sont respectés bien évidemment. Tout d’abord les citoyens des pays membres de l’Union européenne seront informés des détails du traité mais il sera aussi l’occasion de rendre la parole aux peuples. Peuples dont l’Union Européenne tient sa légitimité !

Front National