Marine Hénin 250315

Mercredi soir, la présidente du FN a tenu son unique meeting de l'entre-deux tours des départementales dans une ville dirigée par le Front National, Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Elle a raillé le président de l'UMP Nicolas Sarkozy et le Premier ministre Manuel Valls, "qui aiment fumer des gros cigares les pieds sur le bureau". 

La sono a passé une reprise de Happy, et maintenant Get Lucky. Une rangée de spots dorés scintille sur le devant de la scène. La salle des fêtes d’Hénin-Beaumont est bondée. Plus de 400 personnes sont venues assister, mercredi soir, à l’unique meeting de l’entre-deux tours des départementales tenu par Marine Le Pen, dans la municipalité dirigée depuis l’an dernier par Steeve Briois. La présidente du FN passe vite sur l’incident du jour, un incendie dans la mairie – située de l’autre côté de la rue – qui a endommagé le service courrier et détruit deux scooters. Un feu dont l’origine semble criminelle.

Surtout, elle raille ses adversaires, qu’elle renvoie dos-à-dos, comme pour souligner ce tripartisme qui ferait du FN le dernier acteur entré dans le jeu politique. En commençant par le président de l’UMP. "Nicolas Sarkozy refuse de débattre avec moi, il préfère m’insulter de loin, nous menacer, user d’intimidation", considère-t-elle. Elle le singe en changeant sa voix : "Elle veut la guerre!" Puis elle s’en prend au Premier ministre. "M. Valls déclare jusqu’au bout : je stigmatiserai le FN, ce qui ne les empêche pas d’avoir à la bouche la démocratie, en boucle."

"Il faudrait qu'ils fusionnent entre eux"

Puis, usant de sa réthorique de l’ "UMPS", elle fait mine de les confondre : "Même vocabulaire, même hargne, même agitation, même look."  Et de pousser la caricature un peu plus loin : "Ils pourraient faire des meetings communs, ils disent la même chose. On pourrait renommer l’UMPS le club du havane, puisqu’ils aiment fumer des gros cigares les pieds sur le bureau".

Evoquant le département voisin, elle veut  y voir un exemple de ce qu’elle dénonce. "Le patron de l’UMP dans le Nord a appelé à voter socialiste partout. Il a proposé une liste commune dès le premier tour, il y a quelques mois. La réalité, c’est qu’il faudrait qu’ils fusionnent entre eux." Une formule qu’elle avait déjà utilisée. "Je leur avais trouvé un nom, le Rom, rassemblement des organisations mondialistes."

Candidate aux régionales?

Le Front National espère conquérir deux départements dimanche. Il est en situation plus favorable face au PS que face à l’UMP. Dans le Pas-de-Calais, ses candidats sont présents dans les 38 cantons restant à pourvoir, dont 21 fois face à la droite et en tête dans deux triangulaires sur neuf. Mais la victoire finale semble moins atteignable que dans le Vaucluse ou l’Aisne.

"Gagner un seul département, ce serait une très heureuse surprise", répète-t-elle. Marine Le Pen pense déjà aux régionales de décembre, qui se joueront à la proportionnelle. Elle estime que le FN pourrait conquérir jusqu’à quatre régions. "Cela tremble déjà dans les états-majors, tant mieux !", dit-elle. Mais elle n’a toujours pas dit si elle serait tête de liste dans le Nord-Picardie, où elle affronterait Xavier Bertrand (UMP) et Pierre de Saintignon (PS).

Trente-six minutes plus tard, la salle applaudit à tout rompre. La sono diffuse Boogie Wonderland. Marine Le Pen interrompt la musique et entonne la Marseillaise, "spéciale dédicace pour Manuel Valls". Puis les baffles donnent Uptown funk.

Par Nicolas Prissette le 25/03/2015

Le JDD