FN Franche-comté 22032015

Le Front National n’aura aucun représentant dans les quatre assemblées départementales de la région. Et pourtant… dans les urnes, le FN a cartonné. Au 1er tour, le parti de Marine Le Pen a qualifié ses candidats dans 49 cantons sur les 62 en Franche-Comté. 9 binômes étaient même en tête. Si le FN n’a aucun élu en Franche-Comté, ce n’est pas parce que ses électeurs du premier tour l’ont boudé au second. Au contraire, le FN a gagné plus de 5000 voix dans les cantons où il était présent aux deux tours. Mais les autres partis ont davantage progressé que lui.

C’est une surprise, et peut-être aussi une anomalie démocratique…

Malgré ses excellents scores, le Front National n’a aucun élu départemental en Franche-Comté.

Le FN, qui avait d’abord gagné son pari de présenter des binômes dans quasiment tous les cantons de la région (61 sur 62 cantons), était la 3e force politique du premier tour, avec 122.994 voix, sur les talons des candidats présentés par le Parti socialiste. Les binômes de l’UMP-UDI ont eux recueilli 141.568 suffrages (32,9%), ceux du PS 123.368, soit 374 de plus que le FN.

De 28,5% des suffrages au 1er tour, le Front National recule à 26% des voix au second tour.

voixFN

Contrairement à une idée reçue, la main des électeurs du FN n’a pas tremblé au moment de confirmer leur choix du premier tour. Dans les 49 cantons où il s’est qualifié le 22 mars, le Front National passe de 104.270 à 109.438 voix. Il a donc progressé de 5168 voix, soit près de 5%. Il gagne des suffrages en Haute-Saône, dans le Doubs et le Jura. Il n’y a que dans le Territoire de Belfort qu’il perd quelques dizaines d’électeurs entre les deux tours.

Seulement voilà, dans le même temps, les binômes de droite recueillent 164.558 voix (39,1%), ceux de gauche 144.471 voix (34,3%).

Le Front National a donc gagné des voix entre les deux tours, mais bien moins que les deux autres forces politiques majeures.

Si ces élections départementales confirment l’avènement du tripartisme, elles rappellent aussi que nos institutions favorisent la bipolarisation et les jeux d’alliances.

Récemment, Le Monde rappelait la formule attribuée au chancelier Bismark: « Dans un système à trois puissances, il faut être l’une des deux. » 

Même avec plus d’un quart des suffrages, le Front National, sans allié, reste 3e. Et donc éliminé.

Par Jérémy Chevreuil le 31/03/2015

Le blog politique de France 3 Franche-Comté

Note BYR : Mais c'est loin d'être très démocratique, non ? Gagner 5 168 voix ce n'est tout de même pas anodin mais on le sait, la proportionnelle ne sera jamais au grand jamais mis en place par les gens qui se passent les manettes  indéfiniment...ils perdraient trop. Ce mode de scrutin plutôt a-démocratique est justement fait exprès pour que l'UMPS se partagent le gâteau en part plus ou moins égale selon les vents et marées, en ne laissant que quelques miettes au Front National et aux autres formations qui concourent aux suffrages des Français et ceci pour dire qu'il y a un semblant de démocratie. Le scrutin proportionnel ne se verra que lorsque notre mouvement sera au pouvoir. Marine ça urge !