Mer de nuages

Décembre c’est encore loin, mais les premiers sondages sur les élections régionales éclosent dans les médias. Le dernier en date, Harris Interactive pour LCP, place l’UMP, le FN et le PS dans la même fourchette, recueillant en moyenne respectivement  25%,  22% et 20% des suffrages, loin devant  le  Front de Gauche, EELV et l’UDI (7% chacun). Hier, il était procédé à l’élection des présidents des conseils départementaux. Dans les trois départements où les élus FN pouvaient peser, faute de  majorité absolue pour l’attelage UMP-UDI ou l’Union de la gauche,  ces derniers se sont entendus entre eux. Dans le Vaucluse, l’UMP Maurice Chabert a été élu au bénéfice de l’âge; le Gard est resté à gauche grâce au vote blanc des élus sarkozystes;  dans l’Aisne, le candidat UDI a été élu à la majorité relative

Sur le site de l’Obs,  a été publié un nouvel article  sur ce résultat des départementales  qui tend à accréditer la thèse de la réussite du stratagème du « ni-ni » théorisé par Nicolas Sarkozy et son entourage. Une (im)posture doublée d’un enfumage sémantique qui reste encore  globalement efficace pour retenir par le manche l’électeur UMP tenté par le FN est-il énoncé.

« Comme le note Cécile Alduy, professeur de Littérature », « spécialisée dans l’analyse linguistique », «  (le président de l’UMP) a emprunté, dans l’entre deux tours, des mots de code au Front National. Comme halal,voile, assimilation, chez nous, et utilisé un procédé de renomination de l’adversaire FNPS ».  «Ce qui fait désormais la radicalité apparente du Front National, c’est son discours sur la préférence nationale et son programme xénophobe (sic)». Un discours qui séduit le  peuple de droite , Mme Alduy  actant que  « sur  ce point là, il y a une victoire idéologique du FN qui a réussi à imposer des thèmes comme l’immigration comme une grille de lecture. »

Mais est-ce suffisant pour transformer l’essai au second tour ? Le politologue Joël Gomblin explique ce que nous savons déjà. A savoir que le FN doit œuvrer encore et toujours pour expliquer son programme économique et social perçu comme trop à gauche par une fraction non négligeable de l’électorat de droite.

Il est assez évident que les éléments de langage utilisés par les dirigeants de l’UMP et matraqués dans les médias sur le thème FN=Front de Gauche, ont eu un impact. Une affirmation d’une bêtise crasse  comme ont pu, à l’échelle municipale, s’en rendre compte les (très satisfaits) habitants des villes gérées par le FN.

Or, note M. Gomblin, « lorsque le FN est éliminé du 1er tour (des départementales) , 70% a 80% de ses électeurs vont oter UMP au second tour. Mais c’est l’inverse lorsqu’il y a un duel gauche-FN au second tour. Le FN progresse de 9 points, alors que le total des voix de droite hors FN était de 21 points au 1er tour. Ce qui donne un report de seulement 40% » note-t-il.

La pédagogie doit donc être de mise pour expliquer, inlassablement,  que  le FN tend justement à proposer, à l‘échelle nationale cete fois, une alternative économique intelligente, protectionniste, qui fonctionne parfaitement dans de nombreux pays. Bref, qu’il s’agit de changer de logiciel, dépasser les vieux schémas obsolètes dans un environnement profondément bouleversé par la mondialisation sauvage.

Et le  spécialiste es FN Jean-Yves Camus d’en tirer la conclusion logique dans l’Obs : « La question centrale va être le programme économique », sachant que «le FN n’a que deux manières de faire venir de nouveaux électeurs: faire venir des abstentionnistes et des (électeurs de ) la droite conservatrice ».

Electeurs qui sont invités à partager les scoops bidons et les indignations du même tonneau du site d’Edwy Plenel, mediapart, lequel vient de sortir de son chapeau les révélations dobscurs  pirates informatiques (hackers) russes anti Poutine.

Il est ainsi « révélé » que des textos auraient été échangés entre Timur Prokopenko, chargé des médias et d’Internet au sein de l’Administration présidentielle russe, et un autre proche du chef d’Etat russe, Konstantin Rykov, alias Kostia, député à la Douma de 2007 à 2012 et francophile patenté. Textos portant  sur un soutien financier de banques russes au FN, censé récompenser un soutien politique de l’opposition nationale à la Russie, notamment au moment du conflit en Crimée.

Assertions  que l’on pourrait, si l’on était en proie  à cette  fièvre complotiste dénoncée par les médias dominants comme étant consubstantielle aux affreux de l’opposition nationale,  jugées pour le moins  aussi étranges que téléguidées. Elles visent en tout cas le seul mouvement de tout premier plan qui, sur la scène politique française, défend une ligne d’indépendance nationale et de refus de l’idéologie atlanto-bruxelloise .

Et de  fait, cette histoire répond à la règle bien connue de toutes les intox réussies, à savoir qu’elles doivent toujours mêler quelques éléments  véridiques et vraisemblables afin de  crédibiliser les bobards les plus éhontés. Certes, nous ne prétendons pas en disant cela, apprendre quoi que ce soit à M. Plenel et aux barbouzes de premier ou de second ordre…

Marine Le Pen a eu beau jeu de répliquer :  « Au motif que l’on obtient un prêt, cela déterminerait notre position internationale ? Cela fait longtemps que nous sommes sur cette ligne (contestant les menées agressives contre la Russie, NDLR). »  

Les liens  tissés entre le FN  et la mouvance patriotique en Russie, pays alors en pleine déréliction, datent en effet des années 90,  au lendemain de la chute du communisme. Ce qui  n’est un secret pour personne comme sont avérés les liens autrement plus problématiques d’une large partie des cadres et dirigeants de l’UMPS avec des réseaux d’influence etats-uniens, et autres  officines mondialistes, atlantistes. Troubles allégeances constate Bruno Gollnisch,  qui pour le coup n’interpellent pas « nos » médias pavloviens si prompts à s’émouvoir.  

Allez savoir pourquoi…

Le 03/04/2015

Bruno Gollnisch