logo CNE

Communiqué de Presse de Philippe Murer et Eric Richermoz du 07/04/2014

Le Figaro titre aujourd’hui sur le rapport commandé par Arnaud Montebourg il y a un an préconisant le recours au développement de l’exploitation du gaz de schiste par une méthode miracle : l’utilisation du fluoropropane (ou NFP) pour remplacer la fracturation hydraulique. Cette dernière, responsable de rejets massifs de substances mortelles dans le sol, a démontré aux États- Unis qu’elle est un désastre sanitaire, écologique et économique.

Cette nouvelle méthode promue par Arnaud Montebourg et par les lobbies industriels nord-américains comme le texan eCorp serait une méthode « propre » et « sans défauts » pour parvenir à l’indépendance énergétique.

Cette méthode « magique » semble en réalité plus tenir du mirage que du miracle. Le fluoropropane utilisé, très cher et difficile à produire en grande quantité, est un gaz emmetant un puissant gaz à effet de serre. De plus, n’ayant jamais été mis en place à échelle industrielle, rien ne prouve que ce procédé permette la récupération du fluoropropane après injection dans le sol. Ces défauts majeurs expliquent pourquoi une méthode pourtant si « parfaite » n’a jamais été mise en place ailleurs.

Ségolène Royal s’est opposée à cette technique par un tweet en proposant à la place de développer la géothermie. Elle, comme Montebourg, démontre son absence de vision en matière de politique énergétique.

S’il est néfaste et dangereux de miser sur les techniques d’exploitation du gaz de schiste, il est naïf et inopérant de baser notre projet de transition énergétique sur la géothermie. Parce que la France n’est pas l’Islande, notre potentiel géothermique est limité : cette piste ne peut contribuer à la transition énergétique que dans de faibles proportions.

Il est indispensable d’accomplir la transition énergétique en décarbonant progressivement l’économie, en développant les énergies renouvelables et les technologies de stockage associées, et en lançant un plan ambitieux de rénovation énergétique des bâtiments.  Cette transition n’est pas possible dans le carcan austéritaire européiste qui nous interdit toute politique industrielle, budgétaire ou monétaire nécessaire pour mettre en place un plan ambitieux.

Il est donc urgent et salutaire de reprendre notre souveraineté pour avoir une vrai politique énergétique pour l’avenir. Il en va de notre environnement mais aussi de notre économie, de notre industrie et de notre santé.

Front National