Le Monde Tapis

Tribune libre de Bruno Lemaire du 13/04/2015

Que Le Monde, prétendument journal « de référence » de l’Intelligentsia, soit foncièrement et idéologiquement anti-FN, quitte à ressasser des argumentaires d’une pauvreté, voire d’une absurdité affligeante, à propos de son programme économique – comme par exemple la pseudo démonstration des conséquences financières faussement dramatiques sur la sortie de l’euron’étonnera pas grand monde. Après tout, le ci-devant normalien (Lettres) Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de son état, reprend bien les mêmes balivernes.

Mais que par des allusions perfides, à la limite de la diffamation, Le Monde prétende « démontrer » que le FN est un parti d’extrême droite, puisque, d’après lui, le FN flirterait avec l’antisémitisme est absolument honteux. Que l’on pense que Jean-Marie Le Pen a tort de se cramponner à sa phrase sur le « détail » est une chose, qu’on puisse en déduire que le fondateur du FN est antisémite est évidemment diffamatoire. Un peu comme si l’on affirmait que reconnaître le génocide arménien prouvait que le pape François était antisémite. Oui, le drame de la Shoah est évidemment horrible, et au-delà de toute description ; ce n’est donc pas un détail dans l’histoire et l’évolution de l’Humanité. Qu’un peuple ait pu ainsi être décimé est un crime contre l’humanité indescriptible.

Faut-il pour autant ne pas s’insurger aussi contre les dizaines de millions d’autres morts dus au nazisme et au communisme stalinien ou maoïste ?

Mais, en dehors des reproches, parfois justifiés, que l’on peut reprocher à la posture de Jean-Marie Le Pen, il y a encore plus pernicieux, puisque certains « experts » osent affirmer que la priorité nationale défendue par le Front National, et par sa présidente, Marine Le Pen, ne serait pas républicaine, et serait même d’extrême droite, car anticonstitutionnelle. On peut certes affirmer que, pour le moment, c’est contraire à la loi, mais ce n’est ni anti-républicain, ni anti-constitutionnel. Ce que dit Nicolas Lebourg à ce sujet est donc faux, en confondant citoyenneté et présence sur le sol français. C’est d’ailleurs ce qu’affirme aussi Alain Finkielkraut : « Il n’y a pas de nation sans préférence nationale », et c’est aussi ce que vivent les canadiens, les australiens, les suisses, et les compatriotes de la nouvelle diva de la «gôche», Hillary Clinton.

Peut-être Le Monde pense-t-il que ces quatre pays ne sont pas républicains ?

Oui, le Front National cherche à défendre la famille, la nation, contre des politiciens hors-sol, européistes ou mondialistes. Si c’est cela être d’extrême droite, alors souhaitons que de nombreux compatriotes le soient, pour que re-vive la France.

NPI