Philippot 2

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 20/04/2015

Face aux drames épouvantables de la Méditerranée, une action rapide et réfléchie s’impose. Elle doit se faire dans différents domaines, et nécessite une rupture franche et assumée avec les choix désastreux de l’UMP et du PS depuis des années.

D’abord, il faut agir à la source, en Libye. On ne dira jamais assez que l’intervention de 2011, que le FN seul dénonçait à l’époque, fut une faute très lourde de conséquentes sanglantes. Avec le soutien du PS et sous l’impulsion de son ami BHL, Nicolas Sarkozy a détruit l’Etat libyen, déstabilisé une région entière, et laissé le champ libre aux djihadistes et aux mafias qui utilisent aujourd’hui l’immigration sauvage vers l’Europe comme une arme politique et une source de financement. Toute notre action, diplomatique et peut-être militaire, devra œuvrer à réparer le plus vite possible cette faute, et à recréer les conditions d’un Etat pérenne et stabilisateur, avec le soutien des puissances environnantes.

Ensuite, il convient de dissuader les filières mafieuses d’immigration clandestine vers l’Europe et la France. Comme l’Australie le fait, nous devons dès à présent systématiquement reconduire les navires vers leurs points de départ. Il est facile aujourd’hui d’accabler l’Italie et les pays d’Europe du Sud quand on a passé son temps ces dernières années à leur demander toujours plus d’austérité, et donc toujours moins de capacités d’intervention maritime… Outre la reconduite des navires, toutes les incitations à l’immigration clandestine doivent être supprimées, qu’il s’agisse des avantages liés au statut de demandeur d’asile imposés par l’Union Européenne ou aux aides sociales telle que l’Aide Médicale d’Etat réservée en France aux clandestins.

La France doit retrouver d’urgence la maîtrise de ses frontières nationales, et se défaire du sans-frontiérisme dogmatique de l’Union Européenne en général, et de Schengen en particulier.

Enfin, il faut communiquer, le plus largement possible et sans faiblesse, sur notre volonté de ne plus accueillir d’immigration, et notre détermination à faire respecter cette ambition.

Cette politique, la seule qui soit réaliste, humaniste et respectueuse de nos intérêts nationaux, nécessite le courage et la lucidité que n’ont pas à l’évidence le PS et l’UMP, mais que nous avons démontrés.

Front National