Marion RFI

Question écrite de Marion Maréchal – Le Pen, députée FN du Gard au Ministre de l’intérieur du 29/04/2015

Le rapport de la Cour des comptes sur l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile, en date de février 2015, souligne les lourdes conséquences de la politique d’asile sur le programme consacré à l’hébergement d’urgence généraliste. En effet, la longue procédure de gestion des dossiers déposés par les demandeurs d’asile et le maintien quasi-intégral des déboutés provoquent la saturation des hébergements spécifiques des demandeurs, prévus au programme « Immigration et Asile ».

Les flux massifs de demandeurs sont reportés sur l’hébergement d’urgence généraliste, nouvelle rustine de la politique d’asile. Ainsi, un rapport parlementaire d’avril 2014 indique que 25 à 60% des occupants de structures généralistes sont liés au droit d’asile, avec des pics dans certaines régions à l’instar de l’Alsace où ce taux culmine à 85% en période hivernale. Les déboutés, dont seulement 1% quittent le territoire, contribuent à cet engorgement : la direction du Budget estime que près de 50% des déboutés sont gérés par l’hébergement de droit commun, l’Ile-de-France étant la plus concernée avec près de 60% des places occupées par les déboutés selon la préfecture. Le budget du programme « prévention de l’exclusion et insertion des personnes vulnérables » s’en trouve fortement impacté avec une augmentation de 675 millions d’euros sur les six dernières années au profit essentiellement des demandeurs et déboutés. Le refus de loger les demandeurs et déboutés s’avère impossible au nom des principes de continuité et d’inconditionnalité de l’accueil. Ceci a pour conséquence de dévoyer l’essence même du programme consacré à l’insertion, laquelle ne concerne ni les demandeurs ni les déboutés.

L’encadrement et le soutien associatif dont bénéficient les migrants désavantage les sans-abris qui se trouvent esseulés. Ce ne sont pas moins de 9 000 SDF qui se sont retrouvés sans solution d’hébergement d’urgence l’hiver passé. Par ailleurs, le nombre de sans-abris ayant appelés le numéro d’urgence sans se voir proposer une réponse a doublé en un an.

C’est pourquoi elle demande si le gouvernement n’entend pas revenir sur l’inconditionnalité d’accueil d’où résulte en partie l’engorgement de l’hébergement d’urgence généraliste ainsi que les regroupements communautaires au sein des centres d’accueil.

Elle voudrait savoir si le gouvernement prévoit d’intégrer au projet du droit d’asile la sortie immédiate du territoire national pour toute décision définitive de rejet de demandes prononcées par l’OFPRA ou la CNDA.

Front National