Philippot 4

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen du 29/04/2015

Le Conseil de défense qui s’est réuni ce matin pour décider de l’avenir de la Loi de programmation militaire, dans un contexte où le besoin d’une armée renforcée est impératif,  a été en dessous de toutes les attentes.

Ni hausse réelle du budget de la Défense, ni hausse des effectifs, ni augmentation des dotations en matériels, bref, aucune annonce à la hauteur de la situation.

Les armées françaises continuent d’être la variable d’ajustement budgétaire de la France, sous la pression de l’Union européenne qui place l’austérité devant la sécurité des peuples.

Concrètement, François Hollande a annoncé la « sanctuarisation » du budget militaire en 2015, c’est à dire son maintien à un niveau excessivement bas. Pour les années suivantes, le Président de la République a évoqué 3,8 milliards d’euros de crédits supplémentaires sur quatre ans, entre 2016 et 2019, une hausse dérisoire, aucunement garantie sur la durée, et largement insuffisante par rapport aux surcoûts engendrés par les opérations extérieures, qui accélèrent le vieillissement des matériels et le besoin de renouvellement.

En dehors de ces ajustements budgétaires, destinés à couvrir partiellement le ralentissement de la réduction des effectifs par rapport aux objectifs de la Loi de programmation militaire initiale, François Hollande n’a donc rien annoncé de concret.

Le format de nos armées reste très inférieur aux besoins de leurs missions.

Plus inquiétant encore, François Hollande n’a pas officiellement renoncé aux solutions totalement farfelues et dangereuses envisagées par Bercy pour masquer l’impasse budgétaire dans laquelle se trouve la Défense, comme la cession de matériels de guerre à des sociétés privées que l’armée relouerait ensuite au tarif le plus fort. Le Front National exprime son opposition absolue à ces « sociétés de projet », contraires en tous points à notre conception stratégique de la défense nationale.

Le Front National rappelle son objectif d’un budget militaire établi à 2% du PIB (contre 1,6% aujourd’hui) et réellement sanctuarisé en l’inscrivant dans la Constitution française. Il n’y a qu’à partir de ce niveau d’effort que l’armée française pourra faire face aux missions toujours plus nombreuses qui lui sont confiées.

Front National