Pontarlier neige

Les parcours de Frédéric-Jean Salvi et de Yassin Sahli ont été retracés sur les dernières années. Les deux hommes ont eu des contacts étroits à Pontarlier.

Frédéric-Jean Salvi est né à Pontarlier le 10 juin 1979. A la fin des années 90, il est étudiant à l'UFR Staps, la fac de sports, à Besançon. Il se livre alors à un trafic de stupéfiants. Interpellé en 2000, il est condamné le 31 janvier 2001 à 32 mois de prison, 5 ans de privation de droits civiques, civils et de famille ainsi que 3 ans d'interdiction de séjour à Besançon. Il purge sa peine à la prison de la Butte à Besançon, où il se convertit à l'Islam radical. Il est libéré en octobre 2001.

Il habite à Pontarlier dans les années 2004-2005. A cette date, il se fait remarquer pour sa radicalisation. Il est même exclu de la mosquée de Pontarlier pour son Islam trop extrêmiste.

Les autorités religieuses lui reprochent alors son prosélytisme virulent. Alertés par les responsables de la mosquée, les renseignements généraux surveillent alors celui qui se fait appeler "le Grand Ali".

A cette époque, il est le leader d'un groupe de plusieurs jeunes radicaux, 7 à 8 personnes. Yassin Salhi en fait partie, il est considéré non comme un responsable mais comme un "suiveur".

Les renseignement généraux surveillent attentivement Frédéric-Jean Salvi jusqu'en 2008.

En 2010, il est soupçonné d'être impliqué dans des attentats terroristes en Indonésie. En effet, la police indonésienne interpelle cinq personnes sur l’île de Java et met la main sur une voiture remplie d’explosifs. Ce véhicule appartient à Frédéric-Jean Salvi. Le Français est parvenu à échapper au coup de filet. Il est toujours recherché par Interpol depuis cette date.

Le lien entre les deux hommes a été établi, il est impossible de dire actuellement si Yassin Salhi et Frédéric-Jean Salvi étaient toujours en contact ces derniers mois.

Pour qualifier Yassin Salhi, est souvent employé, ces dernières heures,  le terme de "loup solitaire". Si des liens récents avec Frédéric-Jean Salvi parvenaient à être établis, cette dénomination ne tiendrait plus, Salvi étant connu pour être proche des réseaux islamistes.

Par Catherine Eme-Ziri (Avec Pascal Schanébélé) le 27/06/2015

France 3 Franche-Comté