Bouche_incendie_aubervilliers

Plus de 300 bouches d'incendie ont été ouvertes intempestivement en Ile-de-France au plus fort du pic de canicule, a indiqué lundi le syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) en dénonçant un "comportement incivique" qui n'a néanmoins pas altéré "la continuité du service".

"Depuis le 1er juillet, le Sedif est confronté, notamment en Seine-Saint-Denis, à de très nombreuses ouvertures intempestives de poteaux d'incendie, avec une ampleur devenue préoccupante depuis le 2 juillet (...) Vendredi et samedi (le 3 et 4), plus de 300 poteaux ont été ouverts simultanément sur le territoire du Sedif", affirme le syndicat.

Un "comportement incivique" pointé du doigt

Regrettant un "comportement incivique" qui "rend très difficile le maintien d'une pression et d'un débit suffisants pour faire face aux besoins d'alimentation en eau ainsi qu'à la sécurité incendie à proximité des secteurs touchés", il précise néanmoins que "sauf quelques baisses de pression localisées et temporaires, la continuité du service a pu être assurée". A Paris, 32 bouches d'incendie "ont été délibérément ouvertes" ce week-end et trois personnes ont été interpellés pour de tels faits, a précisé la Préfecture de police (PP).

Enfouies sous une plaque d'égout ou bien visibles sous la forme de plots rouges, les bouches d'incendie sont utilisées par les pompiers pour brancher leurs lances et ne peuvent s'ouvrir qu'avec une clé spéciale. Pendant le pic de chaleur, elles ont été détournées de leur usage pour créer des geysers et servir de fontaines rafraîchissantes en pleine rue. De nombreuses photos de ce phénomène, qui a largement dépassé les frontières de l'Ile-de-France, ont fait le tour de Twitter, rappelant des scènes de films new-yorkais.

Jusqu'à 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende

Les maires de plusieurs communes ont pris des arrêtés municipaux pour interdire cette pratique qui peut être dangereuse et causer notamment des inondations, des coupures d'eau, une difficile circulation des voitures et des bus ou encore des risques d'électrocution. L'ouverture d'une borne d'incendie est passible de sanctions pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

Selon le Sedif, Veolia Eau d'Ile-de-France a dû renforcer ses équipes pour pouvoir intervenir et fermer rapidement le maximum de poteaux d'incendie. Créé en 1923, le Sedif assure l'alimentation en eau potable de 149 communes réparties sur sept départements d'Ile-de-France, excepté Paris, soit plus de 4 millions d'usagers.

Le 06/07/2015

BFM-TV