Hollande Gayet

Communiqué de Gabriel Robin,Secrétaire général du CLIC du 06/07/2015

« Moi je Président, la République sera exemplaire », nous disait François Hollande lors de l’élection présidentielle de 2012. Résultat ? Tout le contraire.Jerôme Cahuzac a triché avec le fisc et a menti aux représentants du peuple à l’Assemblée Nationale, Kader Arif a attribué des marchés publics à des proches, Yamina Benguigui a sous-évalué ses biens pour minorer sa note d’impôts… La liste est sans fin. Pas un jour n’est passé sans un scandale de la part de la majorité sociétaliste. Sur le plan moral, la résidence de François Hollande n’a rien à envier à celle de Nicolas Sarkozy.

Dernière affaire en date ? La première copine, l’actrice Julie Gayet, aurait eu la tête du directeur de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Nicolas Bourriaud a été chassé sans ménagement, au mépris des règles de déontologie les plus élémentaires, pour faire place nette à Eric de Chassey, actuel directeur de la Villa Médicis et époux de l’actrice Anne Consigny. Cette dernière, bien connue pour son engagement à gauche, sans-papièriste et tout ce qui s’ensuit, est la meilleure amie de Julie Gayet. Voici à l’oeuvre les forces artistocratiques, comme aimait à les définir Philippe Muray. Forces séductrices auxquelles François Hollande ne peut pas résister, il a tant besoin de Julie Gayet pour donner un coup de peinture glamour à son image écornée

Fleur Pellerin, ministre du bling bling, a dressé quelques axes justifiant le renvoi de Nicolas Bourriaud. De son point de vue, le prochain directeur devra en priorité : « imaginer les dispositifs permettant une plus grande diversité sociale des étudiants », « faire converger le patrimoine de l’Ecole avec la création contemporain », installer un projet pédagogique « centré sur la question de la diversité culturelle ».

Pour résumer, Nicolas Bourriaud est viré, afin que l’artistocrate Eric de Chassey puisse s’en donner à coeur joie en matière de multi-culturalisme destructeur de notre identité, promouvoir un peu plus l’art conceptuel et la laideur, et en dernier ressort, contenter une courtisane.

Cette affaire est donc exemplaire de tout ce qui ne va pas dans notre pays ! 

Collectif Culture, Liberté et Créations