Briois_3

Communiqué de presse de Steeve Briois, Vice-président du Front national aux exécutifs locaux, Maire d’Hénin Beaumont et député européen du 07/07/2015

Alarmé par le risque de déflation qui menace la zone euro, le gouverneur de la Banque de France a déclaré souhaiter la baisse de la rémunération du livret A, c’est à dire de l’épargne populaire de millions de français.  Selon l’argument de ce dernier, il serait irrecevable que la rémunération de l’épargne réglementée aille à contre-courant des politiques menées par la Banque centrale européenne (BCE), dans la mesure où de faibles taux d’intérêt favoriseraient le retour de la consommation et de l’inflation. Compte tenu de l’évolution des prix à la consommation et de la variation des taux courts, il souhaiterait donc abaisser le taux du livret A à 0,75%.

Ceux qui pensent que la baisse du taux du livret A incitera les ménages à consommer ou à investir se trompent lourdement. La stagnation du pouvoir d’achat et le durcissement des conditions d’octroi de crédit excluent  bon nombre de nos compatriotes de l’accès aux prêts bancaires. De plus l’absence de visibilité sur long terme décourage l’investissement.

Pour contrer le risque déflationniste, c’est à dire la baisse auto entretenue des prix, la BCE a tardivement décidé d’abaisser ses taux d’intérêt directeurs. Consciente que ce choix est  insuffisant et espérant que l’augmentation de la masse monétaire relancerait l’inflation, elle a cru bon  adopter une politique accommodante, caractérisée par des rachats d’actifs sur les marchés financiers à hauteur de 60 milliards d’euros par mois.

Pour lutter efficacement contre la déflation, nul besoin de s’attaquer à l’épargne populaire. Il est en effet préférable de créer un cadre favorable à la reprise des investissements et à la hausse des salaires, conditions indispensables pour que l’économie française retrouve une inflation maîtrisée. Pour ce faire, il faut tourner le dos à l’euro monnaie unique et aux politiques d’austérité imposées par la Commission européenne.

Front National