Medine

Communiqué de Gabriel Robin, Secrétaire général du CLIC du 17/07/2015

Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis, mais ils savent s’entendre pour humilier la France. Le rappeur Médine, auteur de l’explicite « Don’t Laïk » (voir lien en bas de page), appelant à crucifier des « laïcards », a été invité par la télévision publique pour cracher sur notre pays, par les cadres de France 2, probablement eux-mêmes « laïcards ». L’histoire aime plaisanter. Malheureusement, la victime récurrente, de ses plus mauvais tours, est bien souvent la culture française.

Les rappeurs Médine, et Tiers-Monde, se plaisent à critiquer un système, dont ils sont pourtant les créatures, et des rouages essentiels. S’ils étaient conséquents, et honnêtes intellectuellement, ils refuseraient les invitations des médias publics, et ne participeraient pas à un grand raout communautaire. Mieux, Médine devrait aller au bout de son raisonnement, et faire son Hijra (c’est-à-dire, le retour en terre musulmane).

Pourtant, Médine profite des tribunes qui lui sont offertes, tant pour lisser son image, que pour promouvoir sa volonté d’un « jihad social ». « Jihad social » est une expression sujette à interprétations, surtout en ce moment, quand les chrétiens d’Orient sont massacrés, et asservis, au nom du jihad de l’Etat Islamique. Les responsables politiques ne sont des pas théologiens, ils n’ont pas à faire l’exégèse des textes révélés. Nous pensons d’abord aux conséquences que peuvent entraîner de tels discours dans l’esprit des plus jeunes, notamment en matière de sécurité intérieure, la France étant menacée par le terrorisme.

En revanche, les responsables politiques ont à distinguer ce qui est acceptable dans le cadre public, de ce qui ne l’est pas. Ils doivent dire qu’elle est la culture de notre civilisation, et, le rap « islamo racaille » n’en fait clairement pas partie. Médine n’a donc pas à être invité, au mépris des règles de la laïcité, à un événement télévisé célébrant une fête religieuse islamique. Ces chansons sont ce qu’elles sont, et il ne me viendrait pas à l’idée de les censurer, mais elles n’ont rien à faire sur France télévisions. En temps de crise, les Français méritent un meilleur usage de leurs impôts. Aujourd’hui, ils payent pour qu’on vienne leur cracher dessus, ils payent pour que France Télévisions fasse la promotion d’une religion.

Ils ne sont quant à eux jamais représentés autrement que par les caricatures les plus insultantes. Cela est purement inacceptable, indigne. Il s’agit d’une trahison.

La télévision publique, à plat ventre devant l’idéologie globaliste, est doublement prise au piège. Prise au piège de la société du spectacle, et du chantage communautaire. Prise au piège, aussi, de sa servilité à l’égard d’un pouvoir faible qui ne sait pas sur quel pied danser face aux revendications de plus en plus pressantes d’une minorité religieuse, au poids démographique désormais conséquent. C’est pour ces raisons qu’ils ont appuyé les frères musulmans de l’UOIF (peau de mouton de l’islamisme radical en France), qu’ils relaient l’idée funeste de transformer des églises en mosquées, ou qu’ils annulent un spectacle parce que son titre comprend le nom d’une célèbre charcuterie à base de sang de cochon (http://cultureetlibertes.fr/2015/06/11/tourcoing-la-france-ne-doit-pas-ceder-face-aux-pressions-communautaires/).

Au-delà de la présence de ce rappeur au propos confus, et à l’image très ambiguë, c’est l’organisation même d’une « Nuit du Ramadan » par le service public qui est un scandale. Il est d’ailleurs révélateur que France Télévisions n’ait pas daigné nous répondre… Mais qu’ils se tiennent sur leur garde, un jour les murs des mensonges, et de la désinformation, céderont sous la volonté populaire. Le soleil renaissant amène toujours la vérité.

Notre rôle est de protéger les Français en dénonçant l’alliance contre-nature des libéraux libertaires, de « gauche comme de « droite », et d’une partie de la jeunesse de France, profondément apatride. Cette France hors la France, hors notre culture millénaire et enracinée, soutient d’ailleurs parfois très directement les forces de la mort de l’Etat Islamique.

Leur utopie est un cauchemar, nous n’en voulons pas.

CLIC

Paroles de la chanson Don’t Laïkhttp://genius.com/Medine-dont-laik-lyrics