Lebreton FN Parlement UE

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen du 21/07/2015

Les éleveurs français de porcs et de bovins sont en train de mourir. 25 000 vont disparaître avant la fin de l’année si le gouvernement ne fait rien.

Le 18 juillet, le président François Hollande s’est borné à lancer un « appel à la grande distribution » pour qu’elle augmente ses prix d’achat de viande. Mais les éleveurs ne croient plus dans ce genre de « coup de comm. », déjà fait le 17 juin sans conséquences concrètes. Comme le dit l’un d’eux, M. Heurtin, l’Etat est devenu si faible qu’il « est dominé par la grande distribution ».

Il est donc normal qu’ils protestent, notamment en bloquant à partir du 20 juillet le périphérique de Caen. C’est aujourd’hui leur survie qui est en jeu.

Des solutions existent pourtant, mais seul le FN aura la volonté politique de les mettre en oeuvre. Il faut imposer à la grande distribution des prix décents d’achat, à l’image de ce qui se pratique déjà en Allemagne, en Pologne et en Irlande, où elle achète la viande vingt centimes d’euros de plus par kilo. Mais cela ne suffira pas à sauver la filière française d’élevage.

Il faut aussi et surtout renationaliser la politique agricole, seule façon de lutter contre la concurrence déloyale d’éleveurs étrangers qui produisent leur viande sans charges sociales ou (comme c’est le cas de l’Allemagne) avec des travailleurs détachés payés trois euros de l’heure. Un Etat fort, affranchi des règles ultra-libérales de l’Union européenne, aurait en effet les moyens de limiter ou de bloquer les importations de viande à bas coût. Il pourrait aussi contraindre les cantines scolaires ainsi que toutes les restaurations publiques à s’approvisionner de viande française, dans le cadre d’une vraie politique de patriotisme économique.

Un Etat redevenu souverain aurait enfin le pouvoir de supprimer l’absurde embargo sur la Russie, qui accroît les difficultés de notre élevage en le privant d’un de ses principaux débouchés, et de bloquer les négociations sur le futur traité d’échange TAFTA avec les Etats-Unis, dont l’adoption achèverait de ruiner les éleveurs français.

Le FN mettra tout cela en oeuvre dès qu’il sera au pouvoir en 2017. D’ici-là, j’exprime en son nom sa solidarité avec les éleveurs qui rendent service à notre nation en se battant contre un gouvernement irresponsable pour assurer la survie de l’élevage français.

Front National