Jego UDI

En plein débat sur les menus de substitution, le député UDI a lancé une pétition appelant à imposer la présence d'un repas végétarien au menu des cantines. Il souhaite déposer une proposition de loi en ce sens à la rentrée.

Il y voit la solution au début sur les menus de substitution. Le député UDI Yves Jégo a lancé vendredi une pétition afin de demander «une alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires». Au-delà de cet appel à signatures, l'élu centriste a annoncé vouloir déposer à la rentrée une proposition de loi en ce sens.

Jeudi, le tribunal administratif de Dijon a rejeté le référé -sur la question de l'urgence- qui contestait la décision du maire de Chalon-sur-Saône dsupprimer les menus de substitution au porc dans les cantines de sa ville. Citant cette «mesure très polémique et pour le moins brutale» qui «a rouvert une querelle de plus de 10 ans», Yves Jégo estime que le menu végétarien obligatoire permettrait «à ceux qui ne veulent pas de viande ou de poisson, quelle qu'en soit la raison, de se nourrir de façon équilibrée».

«Il existe en effet de très nombreuses possibilités culinaires pour que la dose de protéines nécessaire à chaque repas soit contenue dans des menus végétariens respectueux de la santé, du goût et des pratiques familiales», argumente le député. «C'est simple, et cela garantit l'apport en protéines», a-t-il également fait valoir vendredi sur BFMTV. Samedi soir, la pétition avait rassemblé plus de 4700 signatures.

Une mesure déjà appliquée dans certaines villes

Au lendemain de cette annonce, la députée écologiste Cécile Duflot a affirmé son soutien à la mesure proposée par Yves Jégo. L'élue EELV juge qu'un «menu alternatif végétarien dans les cantines serait idéal» et indique qu'elle signerait volontiers une proposition de loi en ce sens.

La création d'un menu végétarien, «le plus laïc de tous», a également été portée en mars dernier dans une tribune du journal Le Monde par plusieurs intellectuels, dont le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard. «Le plat végétarien, et à plus forte raison végétalien, est une solution laïque et œcuménique aux préférences alimentaires de chacun», affirmaient les auteurs de ce texte.

La mesure a par ailleurs déjà été mise en place par certaines municipalités. À Paris, ce type de menu sera proposé une fois par semaine d'ici 2020. À Perpignan, la mairie (Les Républicains, ex-UMP) a décidé en juin de ne plus servir de menu de substitution au porc et de proposer un menu végétarien. La mairie de Toulouse (LR) a aussi indiqué en juillet qu'elle proposerait à la rentrée un menu sans viande. Le président du MoDem, François Bayrou, avait indiqué en mars dernier qu'il travaillait à l'idée d'un menu végétarien dans sa ville de Pau. Et dès 2008, la mairie de Lyon avait crée un menu sans viande dans les cantines.

Le 16/08/2015

Le Figaro

Note BYR : Que ne ferait pas les partisans du communautarisme que l'on retrouve sur l'ensemble ou presque de l'échiquier politique allant d'EELV aux centristes du Modem -alimentaire, social, religieux- pour mettre en bas les fondements de ce qu'est la République ? Voici à présent les végétariens qui entrent dans la danse !