Police Véhicule

Samedi 15 août, un défilé de véhicules pour célébrer un mariage n’est pas passé inaperçu en ville. Bilan: un accident et une course-poursuite.

Le phénomène n’est pas nouveau et commence à inquiéter les forces de l’ordre. Certains mariages maghrébins se fêtent désormais dans les rues de la ville avec des cortèges qui se font particulièrement remarquer, dans le mauvais sens du terme. Récemment, un accident est survenu au carrefour de l’Europe entre un véhicule et un deux-roues qui faisaient partie d’un cortège.

Mais samedi 15 août, le phénomène a encore pris de l’ampleur. Des voitures, dont certaines de grosses cylindrées, un quad, des deux roues ont arpenté les rues de la ville, avec des jeunes debout sur les portières, arborant le drapeau algérien. Des véhicules roulant par moments à vive allure, sans se soucier des passants. Certains jeunes ayant une drôle de manière de célébrer l’événement comme en témoigne l’un d’eux, qui portait une cagoule de type passe-montagne.

À contresens rue Jules-Barni

Vers 16 heures, ce qui devait arriver arriva. Un accident est survenu à l’angle du boulevard Maignan-Larivière et de la rue de la République. Une voiture a été percutée par un deux-roues du cortège. Le pilote du scooter a craché à travers la vitre du passager avant du véhicule accidenté avant de prendre la fuite. Un scooter dont la plaque d’immatriculation était masquée et que les policiers n’ont pas pu intercepter.

Le cortège a poursuivi son chemin en direction de la place Alphonse-Fiquet, sans se soucier des feux rouges, ni des règles élémentaires de conduite. Les policiers suivent le défilé au niveau de la rue Jules-Barni lorsqu’une Fiat 500 prend des risques inconsidérés, circulant à contresens sur cet axe particulièrement fréquenté. Une patrouille de police perd de vue le chauffard avant de le retrouver du côté de la rue de Londres. Lorsque les policiers s’approchent du véhicule en question, d’autres jeunes arrivent à la rescousse et empêchent les fonctionnaires de police de procéder au contrôle. Le chauffard s’échappe à nouveau à bord de la Fiat 500, avec un passager qui tend le drapeau algérien à la fenêtre. Véhicule qui a pris la direction de Philéas-Lebesgue avant que les policiers ne le perdent définitivement de vue. Une enquête a été ouverte au commissariat afin d’identifier les différents protagonistes de ce cortège très mouvementé. Une enquête pas si simple car curieusement ce jour-là, il n’y avait aucun mariage qui était célébré en mairie d’Amiens.

Par Christophe Berger le 18/08/2015

Le Courrier Picard