Calais clandestins policiers

Le Syndicat des cadres de la Sécurité intérieure (SCSI - CFDT), majoritaire chez les officiers de police, a écrit au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve afin de dénoncer la "situation explosive" sur le site du tunnel sous la Manche de Calais. Les dirigeants du syndicat se sont en effet rendus sur les lieux le 5 août dernier et ont constaté que les conditions de travail des forces de police sont "intolérables".

Parmi les obstacles auxquels doivent faire face les policiers mobilisés dans la zone portuaire, leurs effectifs trop peu nombreux. D'après le syndicat, ceux de la police des frontières sont notamment six fois moins nombreux que leurs homologues britanniques, 70 contre 400. Les forces de l'ordre doivent également composer avec une petite délinquance en forte hausse, qui décourage jusqu'aux habitants de la ville de porter plainte. Sans compter que le poste de police du port, un simple baraquement monté en 2003 et prévu pour être temporaire, tombe désormais en ruine.

Le syndicat demande donc à Bernard Cazeneuve que "l'ensemble du dispositif" fasse l'objet "d'un nouvel examen". Il réclame "de nouveaux textes juridiques" et ajoute que "l'Angleterre et les différents acteurs économiques doivent faire face à leur responsabilité et les policiers Français ne plus pallier toutes les failles du système". Une demande qui ne tombe pas par hasard, puisque le ministre de l'Intérieur doit rencontrer ce jeudi son homologue britannique afin de signer un nouvel accord sur la question.

Le 19/08/2015

BFM-TV