Chatel LR

Luc Chatel ? Vous savez de qui il s'agit ?

Député de la Haute-Marne, ex-ministre de l'Education nationale Il fut un temps secrétaire général de l'UMP avant l'élection à sa tête de Nicolas Sarkozy et depuis la "métamorphose" du parti en "Répubicains" le voici conseiller du patron.

Et bien ce monsieur rejoint -mais il n'y a guère d'étonnement à avoir, ce n'est qu'une nouvelle illustration de la réalité de l'RPS- son cousin du PS, Jean-Christophe Cambadelis, l'ancien trotskiste explose là dans ses oeuvres, dans sa critique énervée de la demande faite par notre présidente de voir expulser du territoire national toutes les personnes étrangères fichées pour terrorisme.

Ce matin , le Premier secrétaire du parti Vallso-Hollandiste a ni plus ni moins accusé le Front National de vouloir "faire la chasse à tout ce qui est maghrébin" - vite Harlem ressort vite les mains jaunes !- et Luc Chatel , qui demeure plus mesuré dans ses propos, utilise l'outil de l'attaque personnelle pour signaler son opposition à la demande pourtant d'une logique imparable de Marine Le Pen

"Mme Le Pen a déjà suffisamment de mal à expulser son père pour ne pas tomber dans ces caricatures sur la question du terrorisme", et de continuer en expliquant que la France n'a pas les moyens de le faire...

Autrement dit, Français, apprenez à vivre avec la menace islamiste en permanence.

C'est hélas, ce qui risque bien de demeurer avec le RPS au pouvoir cinq ans de plus après 2017.

Le Front National avance , lui, un programme sécuritaire qui sera efficace car il prend en compte la réalité de la situation bien éloignée de celle que nous est quotidiennement affichée. La sécurité, étant la première des libertés, le FN propose (programme de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2012, encore plus d'actualité en ce mois d'août 2015, source : Front National): 

"Stopper les flux migratoires vers la France

– La carte de l’insécurité recoupe largement celle de l’immigration : il faut donc agir en amont (voir « immigration »)

Politique de tolérance zéro sur l’ensemble du territoire national 

Il convient de mener une répression sévère contre les attaques organisées visant les forces de l’ordre, les secours ou les pompiers. Il faut démanteler les réseaux du banditisme, des « grands frères » et des caïds et exercer une pression policière sur les bassins de criminalité pour reprendre le terrain et développer une vraie politique de renseignements aujourd’hui réservée à la lutte anti-terroriste.

Mise en place de l’injonction civile, qui signifie l’interdiction prononcée par la Justice de pénétrer dans des territoires définis pendant une certaine période de temps après avoir purgé sa peine. Physiquement écartés des quartiers qu’ils connaissent bien, où ils ont leurs habitudes de trafics, où ils commettent toutes sortes de violences, où ils ont leurs complices de vice, les voyous seront nettement moins en capacité de nuire. Pénétrer dans le territoire interdit signifiera, pour le délinquant, un retour immédiat en prison. Des mesures judiciaires d’interdiction de territoire (sur un département par exemple) devront également être mises en œuvre.

Tolérance zéro contre les violences scolaires 

Il est nécessaire d’accentuer les peines contre les élèves ou parents d’élèves coupables d’agression verbale ou physique contre un enseignant

Rétablissement de la peine de mort ou instauration de la réclusion criminelle à perpétuité réelle

L’alternative entre ces deux possibilités pour renforcer notre arsenal pénal, sera proposée aux Français par référendum. La réclusion à perpétuité aurait un caractère définitif et irréversible, le criminel se trouverait sans possibilité de sortir un jour de prison.

Lutter contre la drogue et les dealers

Il faut refuser toute dépénalisation des drogues et accentuer la répression contre les trafiquants mais aussi contre les consommateurs. On ne démantèlera pas les trafics sans affaiblir la base de la pyramide par des contrôles renforcés aux frontières pour éviter l’importation de stupéfiants sur le territoire national. Les consommateurs de stupéfiants doivent être soumis à une obligation de soins. Il faut faciliter aussi le travail de la police et de la Justice (interception de conversations téléphoniques et de courriels dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants, possibilité de rémunération des indicateurs, etc.)

Sanctions renforcées contre les délinquants récidivistes

Plus aucune prestation sociale (aides, logements, RSA, etc.) ne doit être versée aux récidivistes délinquants ou criminels justiciables d’une peine de un an de prison ou plus.

  • Reconstitution en cinq ans des effectifs de police et de gendarmerie supprimés depuis 2005

Les moyens matériels de la police et de la gendarmerie (armes, véhicules, télécommunications,…) doivent être améliorés. Il convient de stopper la fermeture des brigades de gendarmerie et des commissariats de police et de reconstituer en cinq ans les unités EGM et CRS dissoutes.

– Mise en place d’une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre concernant l’exercice de leurs fonctions sur le modèle de la gendarmerie nationale. Les policiers et gendarmes sont trop souvent injustement attaqués et dénigrés en lieu et place des auteurs de méfaits

Garantir le statut militaire de la gendarmerie et organiser son retour progressif dans le périmètre du ministère de la Défense

– Les services de renseignements de l’État mèneront des enquêtes sur l’ensemble du territoire national afin d’identifier les prédicateurs religieux défendant des thèses politiques extrémistes susceptibles de porter atteinte à l’ordre public ou de menacer la laïcité.

– Aggraver les peines pour les personnes coupables de violences verbales ou physiques contre un représentant de l’autorité de l’Etat et mettre en place une amende forfaitaire contraventionnelle de 1500 euros pour les outrages à agents de la force publique.

Doubler les effectifs des brigades anti-criminalité. Mettre des policiers en civils dans la rue pour lutter contre l’insécurité et non contre le sentiment d’insécurité.

Consolider la sécurité civile et notamment garantir le statut des sapeurs pompiers volontaires menacé par l’Union européenne"

Qu'en disent nos deux compères de l'RPS qui voient l'avenir de la France sous les hospices de la guerre civile si le FN arrive au pouvoir ? 

Au début des années 80, le groupe de hard-rock Trust, plutôt engagé politiquement côté anarchistes, nous proposait un titre qu'il dédicacait à l'imam Rouhollah Mousavi Khomeini qui avant de devenir le chef spirituel suprême de l'Iran islamisé a longuement habité à Neauphle-le-Château dans les Yvelines. Les musiciens l'avaient intitulé "Monsieur Comédie".

Ce titre irait parfaitement à messieurs Cambadelis et Chatel...

Un autre intitulé irait très bien également :  "Messieurs hypocrisie"

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39