Macron Medef

Face à la réaction de militants et de Manuel Valls, Emmanuel Macron reculeLe ministre de l'Économie a créé la polémique en critiquant le système des 35 heures en évoquant "les fausses idées de la gauche". Cependant, il affirme qu'il ne "parlai(t) pas des 35 heures mais du rapport au travail". "Il en faut plus, pas moins. C'est le plus beau combat de la gauche, car le travail, c'est le moteur de l'émancipation individuelle", ajoute-t-il.
 
Mais qu'a dit exactement le ministre de l'Économie ? "La gauche n'est pas exempt de critiques particulières. Elle a pu croire à un moment que la France pouvait aller mieux en travaillant moins. C'était des fausses idées", a-t-il déclaré lors de l'université d'été du Medef.

Des militants partagés sur les 35 heures

Même s'il a rectifié le tir, les militants s'en moquent. Le mal est fait. "Je ne comprends pas qu'il soit encore au gouvernement", dit l'un d'entre eux. "Je vais rester très poli. C'est quelqu'un qui serait très bien sous un gouvernement Sarkozy", renchérit un autre. "Il n'a qu'à aller adhérer à la droite puis on sera tranquille. On s'est battu contre les 35 heures. Il n'a jamais travaillé dans une usine pour voir ce que c'est que 35 heures à l'usine. il faut lui mettre un marteau dans la main pour qu'il voit ce que c'est", ajoute une militante.

D'autres sont beaucoup plus nuancés. Emmanuel Macron aurait pu choisir un meilleur moment pour évoquer un tel sujet. Mais sur le fond, le ministre de l'Économie n'est pas si isolé que cela.  "Je me pose des questions pour savoir s'il a tort ou s'il a raison. Est-ce que si l'on supprime les 35 heures, l'économie remarcherait ? Je ne sais pas", s'interroge un électeur. "Les temps changent, le monde change (...) Ce qu'a dit Emmanuel Macron m'a fait sourire parce que c'était libre et j'aime bien la liberté", ajoute une militante. Un débat oui, mais les militants auraient aimé qu'Emmanuel Macron La Ro ait le courage de leur dire en face, à l'université d'été à La Rochelle.

Par Vincent Derosier le 28/08/2015

RTL