Medef

Après le PS, qui a eu recours a des salariés roumains pour l'organisation de son université d'été à La Rochelle ce week-end, c'est le Medef qui a employé des Portugais détachés, selon Le Parisien.

Le Medef a eu recours à une vingtaine d'employés portugais détachés pour monter les chapiteaux qui accueillent depuis jeudi les participants à son université d'été, qui se déroule en ce moment mêmeSelon Le Parisien, qui révèle l'information, l'organisation patronale a collaboré avec la filiale française de l'entreprise portugaise Irmarfer. Mais ce sont bien des ouvriers du Portugal qui ont travaillé à Jouy-en-Josas, où se tient la grand messe du Medef.

"Pas de préférence nationale"

Le contrat passé avec l'entreprise se chiffre à 200.000 euros et la société révèle sur son site Internet qu'elle avait déjà travaillé avec le Medef l'an dernier. Sur le papier, l'organisation salariale n'a pourtant rien fait d'illégal. Rien n'interdit en effet le détachement de travailleurs au sein de l'UE, tant que le contrat respecte les règles du pays dans lequel il opère. En revanche, les charges sociales restent celle du pays d'origine, et peuvent varier de 20% selon les différentes Etats européens.

Sommé par le gouvernement de respecter ses engagements dans le cadre du pacte de responsabilité, le Medef, qui affiche son ambition de créer un million d'emplois en France, s'attire là une polémique au plus mauvais moment. L'organisation patronale assure pourtant avoir respecté les règles de "la libre concurrence".

"Pas de préférence nationale", déclare un porte-parole.

Par Thomas Liabot le 29/08/2015

Le JDD

Note BYR : "Pas de préférence nationale", mais apparemment une petite préférence étrangère bien discrète... MPais c'est assez logique venant de la part de cette organisation qui, décidément, devrait vite retirer le dernier mot de son intitulé !