Besançon centre-ville

Demain, samedi 12 septembre, à Besançon, les militants de nombreuses associations (politiques, syndicales..) appellent à un rassemblement pour "souhaiter la bienvenue aux réfugiés."....

On aimerait bien que ces organisations qui , dans le cas des syndicats en particulier, sont vouées en théorie à la défense des ouvriers et autres employés se rassemblent pour combattre la politique ultra-mondialiste menée par le gouvernement de Manuel Valls et protestent contre le projet d'Emmanuel Macron de réformer le code du travail.

L'accueil des dizaines de milliers de "réfugiés", officiellement dans le seul but humanitaire, est applaudit entre autre par le Medef...

Cela ne met donc pas la puce aux oreilles à nos amis syndiqués qui vont multiplier les belles paroles et les simagrés habituels contre le prétendu racisme des Français et donc des Comtois ?

Si Pierre Gattaz et la grande majorité des cadres dirigeants des syndicats patronaux ont le sourire aux lèvres en voyant, par trains entiers, débarquer les clandestins (qui, c'est clair comme de l'eau de roche, ne le seront bientôt plus) c'est qu'ils y voient leurs intérêts à l'image de leurs confrères allemands.

D'autres part, en ce qui concerne les partis politiques de gauche, nationaux comme locaux, la venue des "réfugiés" est également un sacré bol d'air pour les années à venir. Car, évidemment, ces "réfugiés", qui sont des hommes en grandes majorité, ont vocation à s'installer sur place et fonder des familles et donc d'être l'égal sinon plus du citoyen lambda actuel et donc d'obtenir la nationalité française et donc de voter...

Tout ceci relève donc d'une étrange situation qui, certes, pour nous autres, patriotes, augurent des lendemains difficiles pour notre pays, mais qui pour les militants des partis de la gauche bobo (et de la fausse droite pour certains) est source d'espoir.

A nous de contrer cette objectif qu'ils ont de désintégrer notre société !

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39