CLIC bbr

Communiqué de Gabriel Robin, Secrétaire général du CLIC du 25/09/2015

La présentatrice du Grand Journal de Canal +, Maïtena Biraben, a commis le crime suprême hier soir. Elle a osé dire que le Front National tient des « paroles de vérité ». Ces propos sont inexcusables pour la caste artistocratique qui occupe quotidiennement le temps de cerveau disponible des  Français. Le Front National doit être attaqué sans nuance, surtout sur Canal +.

Ils étaient nombreux ce matin à condamner Maïtena Biraben. Philippe Gildas a dit qu’elle avait « dérapé ». L’Obs a titré sur la « bourde » de la présentatrice. Eh oui, ne pas critiquer le Front National est forcément une « bourde », ce ne peut être un constat ! Quant au petit Trotsky de Médiapart, sieur Edwy Plenel, il  n’a pas même dissimulé ses menaces sur twitter : « Plus dure sera la chute : @MaitenaBiraben, protégée de Bolloré au @lgj_canal, vante le « discours de vérité » du #FN. » Devrions-nous comprendre qu’il est obligatoire d’être un militant de gauche anti Front National pour travailler à la télévision française ?

Le Collectif Culture soutient sans réserve les Français qui usent de leurs libertés d’expression et d’opinion, et se réjouit que des présentateurs de Canal + parviennent enfin à sortir de l’habituelle dialectique de comic books américains utilisée dans les médias, lorsqu’ils abordent le Front National.

Assez de ces émissions qui présentent le Front National en « super vilain » de la vie politique française, quand ce parti ne fait que dire la vérité sur la situation du pays !

Collectif Culture, Liberté et Créations