Bay affiche régionales 2015

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen du 29/09/2015

Selon les premiers projets d’arrêtés de réforme de l’évaluation des élèves, les notes, jugées stigmatisantes, sont menacées de disparition. La notation est pourtant l’un des principaux piliers de notre école. La notation sur 20 est en effet une spécificité française qui permet la sélection des élèves, encourage la compétition méritocratique. Si Mme Najat Vallaud-Belkacem s’inscrit dans la droite ligne du laxisme de ces prédécesseurs du PS comme de l’UMP, qui ont mené un véritable travail de sape de l’apprentissage des fondamentaux au profit de lubies pédagogistes, supprimer les notes ne permettra évidemment pas de relever le niveau scolaire.

Bien au contraire, en cherchant à faire table rase des méthodes classiques et principes qui ont fait la renommée de notre école républicaine et démontré son efficacité, l’Etat PS procède à une nouvelle entreprise idéologique de subversion de la vocation originelle de l’école. Se refuser de noter un élève, c’est refuser de mesurer le degré d’effort et, par conséquent, de la juste récompense du travail fourni. Un laxisme qui ne fera qu’encourager le nivellement par le bas et qui aura des conséquences catastrophiques sur l’avenir de notre nation.

Alors que de nombreuses études montrent que le niveau scolaire des jeunes Français est de plus en plus bas, que le délabrement actuel de l’école de la République atteint des records, il est urgent de reconstruire les fondations d’un système qui, jadis, a été un exemple pour le monde. L’Ecole doit être réorientée vers ses missions premières, notamment l’apprentissage des savoirs fondamentaux: la lecture, l’écriture, et le calcul. Elle doit être le premier vecteur de l’ascenseur social et être exigeante vis-à-vis de tous les élèves pour permettre la sélection des plus méritants.

Le Front National demande donc le maintien de la notation. Il en va de l’intérêt supérieur de nos enfants et de l’école de la République.

Front National