Marion régionales 2015

Selon un sondage Odoxa pour BFMTV et Le Parisien, la gauche perdrait la région PACA aux prochaines régionales, au profit du Front National. Marion Maréchal-Le Pen l'emporterait de justesse au second tour.

La région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, une terre porteuse pour le Front National ?

Oui, si l'on en croit notre sondage Odoxa pour BFMTV et Le Parisien sur les élections régionales de décembre prochain, que nous dévoilons ce dimanche. 

Premier enseignement de l'étude: la chute de la gauche. Le PS, qui détient actuellement la région, serait laminé dès le premier tour, avec seulement 18% des voix pour la liste conduite par Christophe Castaner. C'est huit points de moins que le score réalisé par Michel Vauzelle en 2010. De son côté, la liste EELV-Front de gauche atteindrait les 10%, ce qui lui permettrait de se maintenir au second tour.

Insécurité et immigration au coeur de la campagne

Autre leçon tirée de notre sondage: la progression du Front National, représenté par Marion Maréchal-Le Pen. Si les élections régionales avaient lieu dimanche prochain, elle recueillerait 35% des suffrages en PACA. Une montée notable, de 15 points par rapport au score du FN lors du précédent scrutin il y a cinq ans. La liste de l'union de la droite, menée par Christian Estrosi, ne pourrait pas rivaliser: elle récolterait 30% des voix, soit cinq points de moins que Marion Maréchal-Le Pen.

Au second tour, le FN reste haut et devance d'une courte tête la liste Estrosi, avec 37% des voix contre 34% pour la droite. Un avantage dans les suffrages qui se double d'une avance en termes d'opinion: car si Marion Maréchal-Le Pen recueille davantage de mauvaises opinions (55% contre 47% pour Christian Estrosi), elle rassemble un meilleur total de bonnes opinions (40% contre 35%). Une popularité qui pourrait être liée aux thématiques liées à la lutte contre l'insécurité et l'immigration, respectivement à la deuxième et troisième place des préoccupations des habitants.

Si Odoxa précise que le score du FN peut encore changer, en raison des incertitudes sur la participation et l'impact de la campagne, la défaite du PS, elle, semble inévitable. Non seulement sa liste n'atteint pas le seuil symbolique des 30%, mais en plus Christophe Castaner ne bénéficierait pas d'un bon report de voix venant des électeurs écologistes ou du Front de gauche.

Méthodologie: enquête réalisée auprès d’un échantillon d’habitants de la région PACA interrogés par Internet les 12 au 16 octobre 2015. Echantillon de 927 personnes inscrites sur les listes électorales issu d’un échantillon représentatif des habitants de la région PACA âgée de 18 ans et plus.

Le 18/10/2015

BFM-TV