IMG_4682

La présidente du Front National Marine Le Pen était à Besançon, hier soir, 28 octobre 2015, afin de soutenir les listes présentes dans l'ensemble des départements de Bourgogne et de Franche-Comté , et notemment Stéphane Montrelay pour le Jura, menées par Sophie Montel aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains.

Après une conférence de presse en compagnie de Marine Le Pen , la tête de liste régionale, accompagnée des têtes de listes des départements de cette grande région voulue par l'Etat RPS et avec la présence du vice-président du FN Florian Philippot et du vice-président du groupe ENL au Parlement européen Edouard Ferrand, à ouvert la soirée avec un discours avant l'arrivée de Marine Le Pen devant 300 personnes-dont l'auteur de ces lignes- et l'équivalent à l'extérieur selon les propres services de sécurité de Micropolis.

Seul petit incident, vite réglé par la sécurité (ce qui est l'occasion de souligner le travail efficace et sérieux du DPS) cinq jeunes militants d'extrême-gauche ont interrompu le discours de notre présidente en hurlant des "honte" et des "fachos" ce qui laisse imaginer la culture politique de ces personnes...

La présidente du Front National à au cours de son discours fait un tour complet des problématiques qui touchent les régions mais également celles qui destabilisent notre pays et notre continent à l'image de l'invasion migratoire qui déferle partout.

Elle est aussi revenue sur l'incroyable phrase du premier ministre Manuel Valls prononcée mardi au Bondy Blog : "Il est hors de question de laisser le Front National gagner une région, tout devra être fait pour l’empêcher".

Lors de la conférence de presse tenue avec Sophie Montel, Marine Le Pen s'est inquiétée : "Qu’est-ce que ça veut dire ? Que la fin justifie les moyens, y compris la violence, des moyens illégaux, la persécution judiciaire ? Est-ce uniquement pour tordre les bras de ses amis socialistes, les obliger à se retirer ou à fusionner, ou est-ce que ça va plus loin que ça ? C’est extrêmement inquiétant qu’un Premier ministre utilise ces mots, alors que ces grands donneurs de leçons de gauche devant l’Éternel nous rappellent sans cesse que les mots précisément ont un poids et qu’ils ont un sens. Je ne voudrais pas qu’on en arrive à appeler l’ONU pour qu’elle vienne surveiller les régionales."

Répondant à une question des journalistes concernant le fait que les communes volontaires pour l"accueil des "migrants" vont toucher 1000 € des collectivités régionales de Bourgogne et de Franche-Comté, notre présidente à réagi comme suit :

"C’est aussi un enjeu majeur des élections régionales. C’est bien beau d’accueillir des dizaines de milliers de personnes mais qui, après, va entretenir les lycées où seront leurs enfants, qui prendra en charge leur santé, payera leurs transports ?"

Face à cette folie immigrationniste qui menace clairement de métamorphoser durablement la France, et au travers d'elle nos deux régions, à la politique destructive et lamentable que nous font subir les socialistes -et les formations de gôche qui de toute les manières se rallieront à son panache rose - et que rêvent de continuer le parti de Nicolas Sarkozy et de son allié de l'UDI  il faut absolument concrétiser notre choix politique dans les urnes en votant pour les listes proposées par Sophie Montel.

Tous aux urnes les 6 et 13 décembre 2015 !

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39