Sophie Montel 1

Communiqué de presse de Sophie Montel, tête de liste FN-RBM pour la Bourgogne-Franche-Comté du 29/10/2015

François Sauvadet se défend dans un communiqué de quelques critiques qui lui ont fait semble-t-il un peu mal, formulées lors de mon meeting de Besançon en présence de Marine Le Pen.

François Sauvadet a soutenu le droit de vote des étrangers lors d’un débat alors qu’il était en campagne pour les élections régionales de 2010 comme l’a rappelé Edouard Ferrand, Conseiller régional FN de Bourgogne (faut-il le préciser, puisque M. Sauvadet, « François le cumulons » comme on l’appelle en Bourgogne, est toujours en campagne pour un poste). Il est vrai qu’il a depuis changé de position, mais c’est une habitude pour cet homme qui n’a pas hésité à trahir François Bayrou pour devenir ministre…
Concernant les 1 000 euros octroyés par les socialistes Dufay et Patriat pour chaque place d’accueil créée pour les clandestins, François Sauvadet s’est montré étrangement discret sur le sujet. On ne l’a pas non plus entendu sur la proposition d’Yves Jego, ancien président de l’UDI, demandant l’instauration d’un quota de migrants dans chaque commune.
François Sauvadet se plaint ensuite de ce qu’on lui rappelle son piteux bilan au Conseil général de Côte-d’Or. Les chiffres ne mentent pas, et ils sont cruels pour la gestion Sauvadet : la Côte-d’Or est en effet classée 83e sur 95 en termes de niveaux d’imposition, avec des niveaux d’impôts atteignant 370 euros par habitant ; elle est 59e en terme de dette, avec 603 euros par habitant.
Enfonçons le clou : en 2013, le Conseil général de Côte-d’Or de François Sauvadet a voté une augmentation de 12% de la taxe foncière sur les propriétés bâties, soit 16,85 millions d’euros supplémentaires qui ont été demandés aux contribuables.
Cette même année, la Chambre régionale des comptes a mis son nez dans les choix budgétaires de la présidence Sauvadet, pointant les choix pour le moins étranges de baisses des investissements sur la période de 2008/2011 pour les collèges (- 68%), l’action sociale ( -57%), et l’action économique (-38%).
La gestion chaotique de M. Sauvadet laisse présager la catastrophe que serait son élection au Conseil régional de Bourgogne, Franche-Comté !
Pour s’en prémunir, votons pour une gestion en bon père de famille de la région, faisons le choix du changement avec le Front National !