Norvège drapeau

Le gouvernement norvégien a annoncé qu’il devrait être contrait de réduire ses aides aux migrants et puiser dans son fonds souverain, afin de faire face à un afflux record de demandeurs d’asile.

La Norvège peine à contenir le flux de migrants. Ainsi, le gouvernement scandinave table sur 33 000 demandeurs d’asile, soit une prévision trois fois supérieure à la moyenne des dernières années. Par voie de conséquence, l’exécutif local -qui comprend le parti du Progrès, formation populiste hostile à l'immigration- propose de puiser 1,2 milliard de couronnes (plus de 120 millions d'euros) dans son fonds de pension public pour faire face aux surcoûts engendrés par cet afflux massif de population. En effet, le gouvernement a chiffré à 9,5 milliards de couronnes, soit 1 milliard d’euros le dépassement de budget directement imputables à ce flux de migrants.

« La situation à laquelle nous sommes confrontés est difficile et va exiger beaucoup de nous d'un point de vue pratique et économique », a déclaré le Premier ministre, Erna Solberg, à l'occasion de la présentation d'un correctif budgétaire. Le gouvernement prévoit aussi de réorienter vers l'accueil des réfugiés une partie - 4,2 milliards (400 millions d'euros) - de son budget d'aide au développement, qui devrait être de 34,8 milliards (3,5 milliards d'euros) l'an prochain.

Réduction de 20% des aides financières

La Norvège, pays de 5,2 millions d'habitants, qui n'est pas membre de l'UE mais qui appartient à l'espace Schengen, s'est par ailleurs dit prêt à accueillir 1 500 migrants se trouvant actuellement en Italie et en Grèce dans le cadre de la politique de redistribution que l'Europe peine à mettre en place.

En outre, le Royaume va réduire d’environ 20% ses aides financières versées aux réfugiés (-10% pour les mineurs), une réduction des heures d'enseignement du norvégien et un renvoi plus rapide des demandeurs d'asile déboutés.

Le 30/10/2015

Valeurs Actuelles