Pouilly-en-Auxois Côte d'Or

Ce samedi devait avoir lieu une manifestation contre la présence de "réfugiés" de Calais sur la commune de Pouilly-en-Auxois en Côte d'Or, cette manifestation organisée par le PdF a été interdite par la préfecture...la manifestation pro-migrants elle, a bien sûr été autorisée.

Le préfet de la région Bourgogne et préfet de la Côte d'Or a expliqué sa décision par le fait "que ce sont les tracts diffusés par ce parti qui l’ont conduit à interdire la manifestation. En effet, les termes employés dans le tract du parti de la Francerefus de se laisser envahir », « colonisation migratoire », « invasion migratoire ») constituent un délit de provocation à la haine et à la discrimination. Ce délit est prévu par l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse. Dans notre droit, la liberté d’exprimer ses opinions s’arrête là où commence le délit. C’est ce qui a été jugé par la chambre criminelle en 1997, en considérant que les termes « envahisseurs, occupants de notre sol », contenues dans un tract électoral constituaient le délit de provocation à la haine et à la discrimination. Le préfet, dont le rôle en tant qu’autorité de police est d’empêcher que des délits ne soit commis, a donc interdit cette manifestation dont l’objet constituait un délit." dixit Le Bien Public.

Le même quotidien, après nous avoir annoncé la présence massive des forces de l'ordre et même de la présence sur place du commandant de la région de gendarmerie Bourgogne, nous explique que les gendarmes ont procédé à l'interpellation d'un migrant "qui n'est pas hébergé à Pouilly, venu manifester avec les manifestants d'extrême-gauche. Ce dernier était sous le coup d'une obligation de quitter le territoire (OQTF, Obligation de quitter le territoire français). Finalement, les manifestants ont obtenu qu'il soit relâché avec la promesse d'étudier une nouvelle fois son cas."

Ouah ! ça cause. La détermination des autorités est éclatente de fermeté !  Des manifestants d'extrême-gauche exigent, les autorités exhaussent !

Mais, je vais pouvoir me coucher ce soir en ayant appris une chose étonnante, car, Je ne pensais pas que le sentiment qui est de refuser de se laisser envahir est un délit de provocation à la haine et à la discrimination...

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39