Migrants Calais 031015

La situation à Calais semble devenir totalement ingérable d'un point de vue sécuritaire.

Les fameux réfugiés qui vivent dans "jungle" de Calais, enfin, ceux qui n'ont pas accepté l'offre "généreuse" de l'Etat de rester en France et qui sont envoyés partout en France même dans les peits villages de Franche-Comté, ont affrontés violemment les forces de l'ordre cette nuit et cela depuis plusieurs jours à présent provoquant une trentaine de policiers blessés et un cri de souffrance de la part des habitants de la ville de Calais dont le premier édile la sarkozyste Natacha Bouchart, qui il y a peut de temps vantait l'apport culturel des clandestins, réclame l'intervention de l'armée...

Imaginez-vous que les "gentils" clandestins, non contents de s'en prendre physiquement aux forces de l'ordre qui -et c'est leur propre constat- n'ont jamais autant utilisés de lacrymogène que ces derniers jours sur le calaisis, pénètrent dans les habitations afin de se procurer des objets qui pourront servir de projectiles ou pour bloquer des véhicules sur la rocade. Ce fait a d'ailleurs été reconnue ce matin sur BFM-TV par la sous-préfète de la ville...

Ce matin, plusieurs centaines de ces "migrants" ont fait irruption sur la rocade portuaire, certains jetant des pierres en direction des policiers...

Jusqu'où cela va-t-il aller ? Cette situation risque de devenir éternelle puisque chaque jour de nouveaux arrivants, par la grâce en partie de la SNCF qui offre le voyage, débarquent.

Dans le même temps, les forces de l'ordre ont procédé à l'arrestation d'un individu à Moirans d'un homme qui avait eu l'audace de faire une "quenelle" lors de la venue dans la cité isèroise du Premier ministre. Le jeune homme de 22 ans est poursuivi pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique, et il encourt une peine de six mois de prison et 7 500 euros d'amende.

Certes, faire ce geste n'est pas la plus intelligente des façons de montrer son opposition politique, il y a pour cela le vote ou encore le militantisme dans un parti légal,  mais on a de quoi s'étonner car les "gens du voyage" qui ont saccagé Moirans sont toujours en liberté...

Petit rappel : Le 20 octobre à Moirans, une trentaine de voitures avaient été incendiées, certaines jetées sur les voies ferrées provoquant une interuption du trafic. La violence était partie d'un camp de gens du voyage qui souhaitaient que l'un d'entre eux, incarcéré, puisse assister à des obsèques.

Puis ce matin à Marseille, nouveaux tirs de kalachnikov... Bref, tout va bien, et comme le dit le ministre de l'Intérieur "Lorsqu'il y a des troubles de cette nature, les forces de l'ordre sont mises en mouvement. J'entends que l'ordre républicain soit respecté" (21 octobre 2015 à Moirans).

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39