Bay

Editorial de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National du 13/11/2015

La mascarade est en train de s’écrouler sous nos yeux : Manuel Valls est passé aux aveux en déclarant qu’il fallait « assumer l’UMPS » dans la perspective d’une alliance avec les candidats de l’ex-UMP lors des élections régionales et envisager une forme de coalition avec ce même parti pour empêcher Marine Le Pen d’accéder à la présidence de la République en 2017.

Déjà, voici un an, souvenons-nous que le Premier ministre avait avancé l’idée d’une « maison commune des progressistes », de l’extrême gauche à l’UMP, face à la progression du sentiment patriotique dans l’esprit des Français et, en conséquence, du vote FN dans les urnes.

Les aveux de Manuel Valls démontrent à nouveau que le tripartisme actuel PS/FN/LR n’est au fond qu’une étape intermédiaire vers un nouveau bipartisme. Un clivage cette fois-ci véritable et fondé, qui oppose les patriotes que nous sommes aux mondialistes de l’ex-UMP et du PS. Derrière Marine Le Pen, qui représente l’espoir de millions de Français, tous nos efforts ainsi que tout notre travail de terrain et d’implantation territoriale portent leurs fruits. Ils ont permis de mettre fin à ce vieux clivage artificiel, de rassembler les patriotes, et de recomposer de fond en comble le paysage politique français.

Face aux combinaisons politiciennes d’une caste qui ne renoncera à aucune manœuvre pour conserver ses avantages, le Front National constitue plus que jamais la grande force populaire qui pourra rassembler les Français et relever notre nation.

Front National