Jura La Poste

Ce matin, le quotidien Le Progrès revient sur l'audit commandée auprès d'un cabinet privé par la majorité Pernot concernant la situation financière du Jura pour la période 2011-2014.

Confirmation faite que la gauche qui a géré le département durant cette période à laissé se dégrader une situation déjà mal en point...

Bien entendu, pour la majorité au Conseil départemental (LR-UDI) le fautif se nomme Christophe Perny (PS aujourd'hui PRG), il est vrai que l'ancienne majorité PS-PCF-Verts n'a pas lésiné sur les subventions , Le Progrès note en exemple "hausse de 3 % chaque année des frais de personnel, des aides aux associations portées de 7 à 10 millions d’euros entre 2011 et 2014…"   Cependant, Christophe Perny, avec son équipe, "ont eu à assumer un certain nombre d’engagements pris sous la mandature précédente, notamment les EDAT (engagements départementaux pour l’aménagement du territoire), lourds de conséquences sur le budget. Autre héritage impactant, une fiscalité déjà élevée en 2011 avec une taxe sur le foncier bâti supérieure de 60 % à la moyenne nationale qui prive désormais l’exécutif départemental d’un levier très utilisé ailleurs pour générer des ressources supplémentaires. Le tout alors que les dotations de l’État ont été revues à la baisse, que la part consacrée aux dépenses sociales (RSA, RSI, APA…) a atteint des niveaux inédits et que l’investissement est resté élevé (230 euros par habitant alors que la moyenne nationale est de 167 euros)."

Une gestion UMPS quoi.

La question et à présent simple : Que va nous concocter Clément Pernot pour relever la situation ?

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39