Mosquée de Dole Mesnil-Pasteur

hier, l'hebdomadaire La Voix du Jura  s'est penché sur les deux perquisitions administratives survenues à Dole et plus précisément dans le quartier des Mesnils-Pasteur . Visés prioritairement des membres de la fameuse communauté musulmane , largement présente sur place.

Il a donné la parole à un homme , Hamid, qui s'offusque de la façon dont les forces de l'ordre sont intervenus dans la nuit de mercredi à jeudi à son domicile " Ils voudraient me condamner parce qu’il y a un exemplaire du Coran chez moi !",

Mais, tout de même, si les forces de police sont intervenus chez ce monsieur, âgé de 24 ans c'est qu'il y avait quelques raisons :

"Il a passé deux ans et demi en prison pour une affaire qui remonte à 2010 et dans laquelle, dit-il, il a ensuite été blanchi. Mais à 24 ans, bientôt père de famille, il est fiché comme quelqu’un de violent et d’impulsif. Surtout, les services de renseignement lui reprochent d’avoir été en lien avec des personnes surveillées dans le cadre de la lutte contre les réseaux islamistes."

Toutefois, Hamid, tente une explication : "En prison, il n’y a rien à faire. J’ai appris la religion. Quand je suis sorti, je n’ai plus prié, j’ai bu de l’alcool jusqu’au jour où j’ai compris que, par la religion, j’évitais ce qui est mauvais pour moi. J’ai trouvé la paix dans l’Islam. La police n’a plus entendu parler de moi depuis 2010, mais ils ont noté que je me suis radicalisé !"

Il ajoute : "Ils ont braqué ma femme. J’étais prêt à recevoir une balle pour la défendre. Ceux qui faisaient cela, ce n’étaient pas des terroristes, mais les policiers. Ils n’avaient pas besoin de défoncer la porte ; s’ils avaient sonné, je serai venu leur ouvrir. Il y a eu à Paris des choses mauvaises, mais ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi"

Après avoir accusé la police, le voilà qu'il nous donne sa vision des choses actuelles qui sont tout de même la suite des attentats parisiens du 13 novembre dernier qui ont fait 130 victimes décédées. "On a grandi ici ; ce qui se passe en Syrie ne nous intéresse pas. On prend pour les autres ; ça alimente l’islamophobie".

Il est rejoint là , et il y a de quoi bondir, par l'ancien footballeur Lilian Thuram qui, interrogé par un journaliste italien de la RAI 2 a lui carrément accusé Marine Le Pen d'être la cause des actes terroristes de Paris !

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39