Ferrand png

Communiqué de presse d’Edouard Ferrand, Membre du Bureau politique du Front National, Conseiller régional Front National de l’Yonne, Conseiller municipal de Sens 2001/2014 du 21/11/2015

Depuis 30 ans, le quartier des Champs-Plaisants est le théâtre régulier de l’insécurité. On nous a ainsi expliqué qu’il était traditionnel de brûler des voitures à la Saint-Sylvestre, que l’été les jeunes brulaient des poubelles pour passer l’ennui. On nous présentait ces délits comme compréhensibles car intervenant toujours jusque-là dans des quartiers populaires désœuvrés. Dans le quotidien italien de centre gauche d’envergure nationale La Repubblica, on peut y lire ce matin le reportage réalisé par leur journaliste à Sens.

Le titre est édifiant : « Drogue et terreur dans les rues de Sens, ville sous couvre-feu » et plus loin « devient le symbole du nouvelle ordre dans la guerre à Daesh ». Depuis la mise en place de ce couvre-feu dans le quartier des Champs-Plaisants, nous constatons avec colère que la situation d’Etat d’urgence en France comme à Sens n’est que la résultante d’une longue politique d’abandons et de complaisances.

La crise des migrants a révélé l’état d’insécurité que connaît notre pays depuis la suppression des frontières intérieures dont ont profité les tueurs de l’Etat islamique. Derrière les annonces périodiques relatives aux coups de filets censés démontrer l’efficience de nos forces de l’ordre, nous voyons que le cours de l’Histoire aurait pu être inversé si des mesures efficaces avaient été prises. Ce ne sont plus des voitures qui brulent à Sens : c’est trafic de drogue, radicalisation, armes et faux papiers.

Nous appelons l’ensemble des Sénonais, comme le peuple français, à être conscients de la profondeur du drame que nous subissons désormais et de la responsabilité écrasante de nos gouvernant, responsabilité maintes fois dénoncées en conseil municipal par le Front National.

Front National