Bay Nicolas FN

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Secrétaire général du Front National du 24/11/2015

En présentant un projet de renforcement de la sécurité dans les lieux publics suite aux attaques islamistes de Paris, Hervé Morin s’est livré à un honteux exercice de démagogie politicienne. Cela ne sera pas suffisant pour l’exonérer de son accablante responsabilité dans le désarmement de la France face au terrorisme islamiste.

Hervé Morin a soutenu, et a même été ministre, d’un gouvernement qui a fait du Qatar un partenaire privilégié de la France et a installé les islamistes de l’UOIF (émanation en France des Frères Musulmans) à la table de la République à travers le CFCM.

Hervé Morin était ministre de la Défense lorsque Nicolas Sarkozy a déstabilisé la Libye, laissant les milices djihadistes prendre le contrôle d’une partie du territoire et ouvrant les vannes de l’immigration clandestine de masse vers le continent européen.

Hervé Morin a soutenu, et a même été ministre, d’un gouvernement qui a supprimé 12 500 postes dans la police et la gendarmerie.

Hervé Morin, ministre, a lui-même supprimé un cinquième des effectifs de l’armée française, soit 54 000 militaires.

Hervé Morin — pourtant élu et ancien député de l’Eure ! — a décidé de fermer le Laboratoire de Recherche Balistique et Aérodynamique (LRBA) qui employait 440 techniciens civils et militaires à Vernon, alors que la pérennité de ses activités n’était pas remise en cause. Les conséquences sociales sur les familles, l’emploi et l’activité économique locale furent considérables.

Hervé Morin, en tant que candidat et responsable de l’UDI, est définitivement disqualifié pour parler de sécurité et de lutte contre l’islamisme. Le président de son parti, Jean-Christophe Lagarde, n’a pas hésité à soutenir le communautarisme en subventionnant des associations islamiques avec sa réserve parlementaire (l’argent des Français), à masquer la construction d’une nouvelle mosquée à Drancy dont il est maire, et à soutenir la création d’un institut islamique pour un million d’euros d’argent public à Bobigny.

Hervé Morin affirme dans la presse qu’il faut « sortir de l’état de faiblesse et prendre des mesures drastiques ». La suppression d’un cinquième des effectifs militaires et la faiblesse face à l’islamisme, voilà les mesures prises par Hervé Morin lorsqu’il était aux affaires. La bienséance imposerait sans doute qu’il se fasse bien plus discret après les drames que nous venons de traverser.

Front National