FN Turquie UE

Communiqué de presse du Front National‏ du 29/11/2015

Les dirigeants de l’UE et de la Turquie se réunissent ce jour en sommet à Bruxelles pour tenter de « redynamiser » leurs relations et surtout de « freiner le flux migratoire ».

L’UE, impuissante à contrôler la crise des migrants dans l’espace Schengen, se tourne vers Recep Erdogan. La chancelière Angela Merkel veut même proposer à la Turquie un chèque de 3 milliards d’euros, la fin des visas pour les Turcs venant dans l’UE et une accélération des discussions pour l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Avec son absence de discernement habituel, l’UE est prête à fermer les yeux sur les relations opaques de la Turquie avec l’Etat Islamique. Pourtant, les preuves de trafic de pétrole et de ravitaillement de l’EI se multiplient contre la Turquie. A cela s’ajoute la destruction du chasseur russe par l’armée turque et l’assassinat de l’avocat de la cause kurde hier.

Au risque que les Européens, sans le savoir, financent indirectement les fondamentalistes de Daech, l’UE s’apprête à accélérer l’adhésion de la Turquie en échange de son aide pour l’accueil des migrants. Ce serait une faute politique lourde.

Il conviendrait plutôt que la France rétablisse réellement ses frontières nationales. D’autre part, les pays de l’UE doivent appliquer le principe de précaution et se coaliser rapidement aux cotés de la France, des Etats-Unis et de la Russie pour pacifier au plus vite la Syrie et commencer, dès maintenant, le retour des migrants dans leurs pays.

Dans la situation actuelle où la France est encore menacée d’attaques terroristes de l’EI, le Front National dénonce ce projet politique irresponsable et, par conséquent, demande que les décisions d’accords avec la Turquie lors de ce sommet UE-Turquie soient reportées en 2016, voire même annulées.

Front National