Administration penitentiaire

"Une décision loufoque! Inadmissible et incompréhensible!" s'insurgent les responsables du syndicat des personnels de surveillance Force Ouvrière. Pour Noël, un colis de 59 kilos a été livré à "un caïd libérable en 2052". Comme le précisent nos confrères de Ouest France, qui citent Emmanuel Baudin, secrétaire interrégional du syndicat, le paquet contenait "essentiellement  de la nourriture", de la farine, des paquets de gâteaux, mais il a tout de même été livré par "transpalette" car il était trop lourd! Et surtout, selon Emmanuel Baudin, "rien n'a été fouillé"! Une décision paradoxale, si l'on en croit le tract des élus du personnel, daté du 17 décembre 2015, car le  "principe réglementaire établi la possibilité de réception, pour chaque détenu, d'un colis maximum de 5 kilos." L'objectif selon FO serait "d'acheter la paix sociale"

Un braqueur multirécidiviste, spécialiste des évasions aux explosifs

"Cet individu qui en 2009 s'est évadé de Moulins avec des explosifs et en prenant en otage des Personnels de surveillance mérite-t-il de telles faveurs?" s'interrogent les syndicalistes qui déroulent la biographie du détenu. "Ce dangereux criminel qui, à Fresnes en 2001, opérait une évasion (échouée) à l'aide d'un hélicoptère, et dont les complices, n'ont pas hésité a faire feu, sur les agents en poste au mirador."

Des surveillants inquiets et excédés

"Vendredi dernier, des détenus ont bloqué les ateliers de travail, réclamant une prime de Noël... Ils se sentent chez eux. Ici, ils sont rois. Les surveillants sont en permanence humiliés. Les collègues n'en peuvent plus" affirme Emmanuel Baudin, secrétaire interrégional de Force Ouvrière.

Par Elise Ferret le 19/12/2015

France 3