Gendarmerie trafic

Ces dernières semaines, de nombreux commerces du Jura ont été victimes de multiples escroqueries. Il y a quelques jours, à Lons, un vendeur situé rue Jean Jaurès a été dérobé de plusieurs euros sitôt le dos tourné. L’homme n’a pas porté plainte. Une buraliste située au centre-ville de Lons confiait qu’elle était quotidiennement soumise aux escroqueries à la petite monnaie. Le principe est simple : de gros billets sont donnés au vendeur, puis le client indique que la monnaie rendue n’est pas exacte, afin de soutirer de l’argent au commerçant. « Je suis très méfiante, mais beaucoup de personnes autour de moi se font avoir », confiais la vendeuse.

Les gendarmes confirment que plusieurs enquêtes pour escroquerie sont en cours. Ces derniers jours, une société d’Orgelet a failli être victime d’une arnaque au président. Ce type de combine est assez simple : un individu basé à l’étranger, en particulier en Israël, appelle l’entreprise et demande à parler à un responsable, ou au comptable. Il se fait passer pour le PDG de la société en déplacement et indique qu’il a un besoin urgent d’argent. Il donne ensuite ses coordonnées pour un virement. Si le comptable n’est pas vigilant, il risque de tomber dans le panneau. La société d’Orgelet ne s’est pas fait piéger, en revanche, des entreprises françaises se font régulièrement avoir, indiquent les gendarmes. Ceux-ci appellent à la plus grande vigilance les entreprises, mais aussi les particuliers. Afin qu’ils évitent notamment d’appeler des numéros surtaxés ou ouvrent des mails frauduleux dont les pièces jointes sont des chevaux de Troie.

« Notre but n’est pas d’effrayer les gens, il n’y a pas plus d’escroqueries qu’avant, mais les gens hésitent moins à en parler et à nous informer », précise le capitaine Stéphane Abraham.

Par Julie Philippe le 30/12/2015

La Voix du Jura

La Voix du Jura