Dillies FN Nord

Communiqué d'Eric Dillies, SG de la fédération FN Lille-Métropole du 19/01/2016
Dans son article d'hier, la Voix du Nord me met en cause à propos de mon communiqué sur les agressions sexuelles commises par les migrants. En effet, quand il s'agit de trouver des excuses aux agresseurs venus d'ailleurs, la Voix du Nord, bon serviteur du système auquel il doit tout (9 millions d'euros sous la précédente mandature du Conseil Régional), répond présent. Pourtant, les faits sont têtus : des migrants domiciliés dans la métropole lilloise ont bien agressé des femmes dans un train belge reliant Bruxelles à Tournai. Et Martine Aubry s'est bien montrée favorable à l'accueil des migrants, comme d'autres irresponsables politiques, de gauche comme de droite.
J'aurais pu m'attendre à ce que ce soit Martine Aubry ou Jean-René Lecerf qui répondent à mon communiqué, puisque c'est à eux que je reproche d'avoir ouvert la porte aux migrants. Mais ils n'ont pas eu besoin de le faire puisque la Voix du Nord, devenue leur attachée de presse, s'en est chargée.
Au réquisitoire de la Voix du Nord, je réponds point par point :
- Sur la présomption d'innocence des suspects : le fait qu'ils aient été remis en liberté ne signifie pas qu'ils soient innocents. Cela signifie que la justice belge est aussi laxiste que la justice française lorsque les auteurs des faits sont mineurs ou migrants.
- Sur le fait que l'agression ait été commise en Belgique et non en France : si des migrants, installés à Lille ou dans la Métropole, se permettent d'agresser des femmes dans les trains en Belgique, ils ne tarderont pas à le faire à Lille ou dans la Métropole. C'est l'objet de mon communiqué : avertir.
- Sur le fait que Madame Aubry n'aurait pas réclamé la venue de migrants à Lille : non seulement Martine Aubry s'est précipitée pour les accueillir, mais elle leur a déroulé le tapis rouge, photo à l'appui dans la Voix du Nord du 28 septembre dernier.
- Sur le fait que l'asile est une compétence de l'État : je continuerai à m'opposer à la politique d'accueil des migrants par l'UMPS local, même si ça ne plait pas à la Voix du Nord, car c'est mon droit constitutionnel.
- Sur le fait que j'aurais "vu le futur" : je remercie la Voix du Nord de remarquer mes qualités de visionnaire. En effet, je pense que les migrants ne vont pas nous amener la paix et la prospérité, ni défendre les droits des femmes. L'histoire jugera qui avait raison. Je pense d'ailleurs qu'elle a déjà jugé à Paris et à Cologne.
- Sur le fait que je n'aurais pas communiqué le même jour sur la condamnation à 18 ans de prison d’un prédateur sexuel : je n'ai pas eu à le faire puisque lui a été condamné. Mais je m'étonne que la Voix du Nord prenne ce prédateur sexuel pour défendre les agresseurs du train Bruxelles-Tournai. C'est, d'une certaine manière, révélateur du positionnement de la Voix du Nord. N'en déplaise à ce qui devient de plus en plus la Pravda du Nord, je me tiendrai toujours du côté des victimes, et je vous laisse volontiers le soin de défendre les agresseurs dont vous encouragez la venue en défendant la politique d'accueil décidée par l'UMPS.
Enfin, c'est bien à « corps » et à cris que se révèle la présence des migrants : aux corps qu'ils agressent et aux cris des victimes... Le cor n'étant en rien de mise dans cette affaire, comme tout esprit éclairé l'aura compris.