Blanche-neige livre

Le Qatar est un pays ami aussi bien des gouvernants actuels que ceux qui la dirigeaient auparavant. Il n'y qu'a voir le président des Républicains qui entre deux voyages auprès de ses amis de l'Emirat, le dernier date de la semaine passée, participe avec joie aux matchs du PSG près de Nasser Ghanim Al-Khelaïfi, même les soirs d'élection !, le président du club, un club qui appartient à  100 % au fonds souverain de l'Emirat, le Qatar Investment Authority (QIA).

Mais ce n'est pas pour vous exprimer mes inquiétudes par rapport aux multiples acquisitions et autres participations du fonds du Qatar dans les entreprises en France -et il y aurait à dire- que j'en parle ce lundi, non. C'est pour vous raconter les mésaventures du conte de Grimm, Blanche-Neige et les sept nains à Doha et plus précisément au sein d'une école internationale.

Figurez-vous qu'un père de famille qatari a vivement protesté en constatant que l'école laissait entre les mains des bambins l'ouvrage en question et que ce dernier contenait des illustrations "indécentes" voir des insinuations sexuelles !

Peut-être était-il tombé sur une version "pour adulte" du comte ? Que nenni...

Il est vrai qu'une jeune femme entourée et chocoutée par sept garçons, fussent-ils des nains, cela n'est pas habituel dans ce pays du Golfe persique. Jean-Michel Léost qui nous informe sur Boulevard Voltaire de cette drôle de nouvelle termine ainsi : "

"Il n’est pas certain, au demeurant, que les dirigeants français et la plupart des médias puissent donner des leçons en la matière. Certes, on ne censure pas Blanche-Neige, bien qu’on lui préfère des ouvrages éducatifs comme Tous à poil ! Jean a deux mamans, Papa porte une robe ou Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?, mais la bien-pensance a aussi tendance à dicter sa loi. Un exemple ? Récemment, TF1 a supprimé de ses archives une interview du docteur Lévy-Soussan sur LCI : ce psychiatre et psychanalyste, avec des arguments scientifiques, avait osé s’interroger sur les difficultés des enfants de couples homosexuels.

Quel sacrilège !

En France aussi, sous la majorité actuelle, la pensée unique est reine, toute contradiction est crime de lèse-majesté et suffit à justifier la censure ou l’autocensure. Mille exemples en témoignent. Raison de plus pour résister !"

Qu'ajouter de plus ?

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39