Sarko Juppé Fillon

On a connu  Najat Vallaud-Belkacem  très virulente contre les  «cathos» et autres défenseurs des valeurs traditionnelles, ne ménageant  pas ses paroles et ses actions pour défendre et/ou imposer ses vues aux adversaires du  mariage pour tous et de l’enseignement-propagande de  la théorie du genre dans les écoles. Dimanche, cela lui est reproché ces dernières heures dans la presse, le ministre de l’Education était au contraire totalement amorphe sur le plateau de  l’émission de Canal +, «Le Supplément».  Elle n’a  réagi en effet que  très, très  mollement aux propos de son voisin, Idriss Sihamedi, qui préside l’association  mahométane baptisée Baraka City. Celui-ci a  affirmé qu’il ne «(serrait)  pas la main aux femmes» et surtout  s’est refusé  à condamner sans ambiguïtés les crimes de l’Etat islamique. Ce qui peut apparaître pour le moins curieux de la part d’un homme à la tête d’une structure qui se prétend à vocation «humanitaire». Devant le tollé,  un(e) membre du  cabinet du ministre a bâclé lundi  une petite bafouille signée Najat Vallaud-Belkacem,  reprenant les formules d’usage sur «les principes fondamentaux de notre République», «l’égalité homme-femme», «le terrorisme et l’obscurantisme»… Et ce sont ces socialistes là qui entendent donner au FN des leçons de professionnalisme… 

Nicolas Sarkozy  s’est rallié aux vues de Najat Vallaud-Belkacem sur le mariage pour  tous comme il  le confesse dans son livre paru hier, «La France  pour la vie» -« un revirement »  qui pose « une question de crédibilité vis-à-vis des Français » a estimé le député LR  Nadine Morano. Il  est apparu  lui aussi frappé d’une étrange apathie, sans ressort,  lors de l’émission «Sept à huit»  diffusée dimanche soir  sur TF1. Un retour dans une émission populaire  qui n’a pas déclenché la curiosité des Français si l’on en juge  par les audiences, jugées  très « décevantes »,  de cette prestation.

Un énième come back sur le thème  j’ai changé, je m’excuse, je me suis trompé, j’ai fait des fautes,  mode utilisé pareillement par  un Jean-François Copémais qui ne passe pas. Pourquoi ? Et bien parce qu’ils n’ont rien compris  à ce qu’attendent nos compatriotes,  à l’esprit même de la Res publica, de la chose publique, du rôle, de la perception qu’ont les Français  d’un dirigeant politique qui n’est pas là pour étaler ses erreurs et ses faiblesses comme un chanteur de variétés , mais pour indiquer un cap.   

Les  confessions publiques, les  mea culpa grotesques et qui sonnent faux, rabaissent  le politique au rang du pipole,  une chute de niveau qui révèle une nouvelle fois l’américanisation  de nos mœurs. Un  écueil qu’Alain Juppé, reconnaissons lui au moins ce mérite, à su éviter dans ces dernières livraisons en librairie…

Selon le dernier baromètre politique Odoxa, qui enregistre un nouvel écroulement  de la cote de confiance de  François Hollande (22% , -5 points)  et Manuel Valls (35%, -5 points), celle d’Alain Juppé  candidat des médiasgrimpe à  45% (+1) d’opinions positives. Il serait  loin devant Nicolas Sarkozy (21%)  et  auprès des seuls sympathisants de droite  M.  Juppé (69%, +5) pulvérise le président de LR ( 49%, -9 points).

Nicolas Sarkozy se sent pourtant surtout menacé par l’opposition nationale, sentiment de peur du FN  et de Marine qu’il  étale dans son livre-confession  au style assez navrant.  Béatrice Houchard le relève dans l’Opinion,  « dés le prologue du livre, 38e ligne : première citation de «la présidente du Front National» (…) les citations continuent, comme un torrent : page 10, page 11, page 12, page 15… Le Front National comme un coup d’obsession permanente .»

Ensuite «Il faut aller pages 66 et suivantes pour lire un long développement. Avec un souci évident : bien faire la distinction entre le FN et les électeurs du FN (…) Puis, s’en prenant frontalement à Marine Le Pen : Je n’ai rien de commun avec les dirigeants du Front National, dont nombre de discours font frémir à leur inconséquence, leur incompétence, leur décalage complet avec le monde d’aujourd’hui. Mme Marine Le Pen m’honore de ses injures et de ses propos approximatifs depuis des années. Elle n’est ni plus ni moins qu’une héritière qui a mis beaucoup de temps avant de s’apercevoir que son père était « infréquentable. Elle a attendu qu’il soit vieux et faible pour l’affronter et l’exclure. On voit comment ils sont capables de s’occuper d’eux-mêmes. Cela ne donne nulle envie qu’un jour ils s’occupent de la France. »

« Mais » affirme Mme Houchard, «l’essentiel du message (sur l’opposition nationale) , figurait dès la page 10  : « Il faudra que l’alternance ait lieu. Et si ce n’est pas nous, ce sera, hélas, la présidente du Front National. »

Il est toujours assez sidérant note Bruno Gollnisch, au regard du bilan proprement catastrophique qui est celui de la droite et  de la  gauche euromondialistes depuis des décennies, de voir un  des responsables  du marasme actuel promettre l’enfer aux Français s’ils avaient  l’idée de s’émanciper  et de voter enfin pour leurs idées. Comme ils l’ont  fait en mars 2014  dans les villes conquises par le FN Les électeurs ne n’en plaignent pas, bien  au contraire, alors  même qu’un maire ne dispose  pas de toutes les manettes pour agir sur  le quotidien  de ses administrés.

Sur le site du quotidien Les Echos, Vassili Joannidès de Lautour relaye les inquiétudes du microcosme à l’approche de l’élection présidentielle : «Depuis que la gauche a inauguré en 2007 et pérennisé en 2012 le principe d’une primaire, Les Républicains s’y sont également convertis. Alors que la vertu affichée de la primaire est un renforcement de la légitimité militante, voire populaire, des candidats à l’élection présidentielle, elle risque fort de les affaiblir au profit du Front National. »

«En 2017, quel que soit le favori du premier tour, une candidature de Nicolas Sarkozy et de François Hollande se traduirait nécessairement par l’accession de Marine Le Pen au second tour (…). Quelle que soit l’identité des candidats présents au premier tour de la présidentielle, ceux de droite et de gauche incarneront la politique tant décriée par les Français et dénoncée par le Front National depuis près de 40 ans. Ils représenteront également les échecs de la gauche et de la droite à relever les grands défis auxquels est confronté notre pays ».

Certes, mais toute la question  dans la perspective de ce second tour est  de savoir quelle sera la réaction des 44 millions d’électeurs potentiels :  stop ou encore ? 

Le 26/01/2016

Bruno Gollnisch