Salafistes

Certainement que nous sommes habitué à voir que France Télévisions, la société de l'audiovisuel public, diffuse à longueur d'année de multiples films, documentaires et autres émissions destinés à "empêcher" nos compatriotes à réfléchir et à se faire sa propre idée par rapport à maints sujets mais là, elle a fait fort: France 3 cinéma a financé à hauteur de 26 % (et donc avec l'argent des contribuables) le film de François Margolin et du journaliste mauritanien Lemine Ould Salem.

Même s'il  attendait encore son visa d'exploitation, hier soir, et notamment une interdiction possible aux spectateurs de moins de 18 ans, assortie d'un avertissement au public, le mal est fait.

La dernière polémique concerne  donc un film documentaire qui doit sortir ce mercredi à Paris  intitulé "Salafistes". Ce film donne la parole à des musulmans prônant un retour aux fondamentaux de l'islam. Soyons clair, il s'agit ni plus ni moins qu'une promotion de la société que veulent imposer au monde les terroristes de l'Etat islamique, d'Al Qaïda et des organisations qui leur sont affiliées.

Accompagné de séquences montrant de multiples traitements de torture ainsi des images de propagande diffusées par le groupe État islamique, ce film à de quoi interroger. En effet, il y a de quoi s'étonner que la direction de la chaîne publique, même si aujourd'hui elle se défend par une inconcevable excuse comme quoi "elle n'avait pas vu le film" ait pu verser ne serait-ce qu'un centime à cette opération de propagande islamiste.

Mais, lorsque l'on constate que sur un plateau de télévision la ministre de l'Education nationale ne réagit pas aux propos d'Idriss Sihamedi, un "humanitaire" musulman, qui nous explique en gros que les attentats de l'EI c'est pas très bien, quoiqu'il les acceptent, mais qu'il faut expliquer que la charia pourrais s'installer de façon pacifique, là aussi, il est légitime de se poser des questions.

Stéphane Grappin

Responsable de la communication numérique du FN39