Chomage autoroute

Pôle emploi nous donne ce soir les fameux chiffres du chômage pour le mois de décembre 2015 et donc pour l'année passée. Et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est pas folichon :
En décembre 2015, l'organisme en charge de trouver un hypothétique emploi aux demandeurs d'emploi annonce avoir inscrit 15 800 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A, ce qui équivaut à 510 nouvelles inscriptions chaque jour !.
2015 aura donc vu 3 590 600 personnes se trouvant sans la moindre activité et en recherche d’emploi c'est à dire en "catégorie A" (soit 90 000 chômeurs de plus qu'au 31 décembre 2014).

Il n'y a plus qu'à y ajouter les millions de personnes en "activités réduites" (catégories B et C) on atteint allègrement les 5 475 500 en métropole, auxquels s’y ajoutent 300 000 demandeurs d’emploi dans les départements d’Outre-Mer, qui, étonnamment, et là aussi on pourrait crier -comme c'est le cas de la gauche et de certains à "droite" au sujet de la déchéance de nationalité- à la création de "citoyens de seconde zone", ne sont pas comptabilisés avec les métropolitains.

Le journal Le Progrès fait la synthèse suivante de la situation de l'emploi en France au soir du 27 janvier 2016 :

"688 000 : L’augmentation du nombre de chômeurs sans aucune activité (catégorie A) depuis l’élection de François Hollande, en mai 2012.

3 848 300 : Le nombre de chômeurs (catégorie A) en décembre 2015. Soit 86 200 de plus qu’il y a un an, en décembre 2014. En pourcentage, l’augmentation est de 0,4 % sur un mois, de 2,3 % sur un an.

5 579 600 : Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité ou en activité réduite (catégories A, B et C). Soit 265 400 de plus en un an. La hausse est de 0,5 % sur un mois, de 4,9 % sur un an.

- 21 900 : La diminution en un an du nombre de chômeurs (catégorie A) de moins de 25 ans en un an – soit -4 %.

+ 68 800 : L’augmentation en un an du nombre de chômeurs (catégorie A) de 50 ans et plus – soit +8,4 %.

570 : L’ancienneté moyenne en jours de l’inscription des chômeurs (catégories A, B et C) à Pôle emploi. Soit une moyenne supérieure de 21 jours à celle d’il y a un an."

Fin décembre 2015, pour le Jura, il y avait une augmentation du chômage de +1,1 %.

"Le changement, c'est maintenant" qu'il disait...