Collard TF1

Communiqué de presse de Gilbert Collard, Député du Gard, secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, membre du bureau politique du Front National du 19/02/2016

Quel but peut viser une perquisition qui intervient un an après la révélation des poursuites : trouver des preuves un an plus tard ? Inconcevable ! Ridicule ! Une perquisition faite dans les règles de l’art est diligentée très vite, sinon elle devient une arme politique et dès lors vise un autre dessein : lequel, nuire ?

L’enquête contre le FN est dirigée par un procureur qui, depuis la décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme dans l’affaire dite France Moulin en 2010, n’est pas considérée comme une autorité judiciaire indépendante. Ainsi cette perquisition qui concerne un parti politique adversaire d’un régime en perdition devrait inquiéter les démocrates. Or d’aucuns s’en réjouissent…

En perquisitionnant au bout d’un an un parti politique le procureur s’octroie un recueil d’informations sur la vie interne de ce parti : accès au nom des adhérents, aux structures, aux documents stratégiques… comme le programme électoral du FN, alors même qu’il est sous les ordres du ministère de la justice !

C’est une atteinte grave à la liberté d’action des partis politiques et à leur vie démocratique.

Un juge d’instruction, seul habilité à instruire à charge et à décharge, aurait dû être saisi, surtout dans une affaire à caractère politique : ce n’est pas une perquisition, c’est une intrusion liberticide pour 7 millions de Français sympathisants du FN !

Gilbert Collard pose une question claire : Monsieur Hollande, Président de la République a ses heures, empêtré dans des sondages catastrophiques, espère t-il être élu au suffrage judiciaire ?

Front National