Dzaoudzi Mayotte

Le collectif des citoyens inquiets de Mayotte a lancé une pétition pour alerter les autorités sur la situation de ce département français, en proie à une insécurité et une violence grandissantes. Les Mahorais demandent des «mesures d'urgence».

Il vient d'achever une tournée dans les territoires d'outre-mer, et va devoir s'atteler au dossier explosif de Mayotte. François Hollande, ainsi que l'ensemble du gouvernement, se sont vus remettre samedi une pétition signée en moins de deux semaines par 12.642 personnes (ce qui équivaut à 10% de la population adulte de Mayotte). Un «cri du coeur» des habitants de cette île des Comores qui témoigne de leur inquiétude quant au devenir de ce territoire, devenu département français en 2011. «Chaque jour qui passe est un jour où la situation de Mayotte se dégrade tant en matière d'insécurité, d'instruction, d'accès aux soins, etc.», est-il écrit. «Nous ne pouvons plus accepter, Monsieur le président, de voir ces milliers d'enfants errer dans nos rues, dans nos villages visitant les poubelles afin de pouvoir se nourrir et pour d'autres participer à des actes de délinquances quotidiens très certainement pour les mêmes fins», déplore encore le collectif, qui demande une «prise de conscience» de la part du chef de l'État.

Joint par téléphone, le porte-parole du collectif, Tamhani M'madi, un Mahorais qui a habité un temps en banlieue parisienne, semble paniqué. «40% de la population est en situation irrégulière. La métropole s'émeut tous les jours de la présence des réfugiés mais nous connaissons ce phénomène depuis plus de vingt ans, la misère du monde débarque sur notre île», tempête-t-il. L'homme, qui travaille dans la grande distribution, estime entre 3000 et 5000 le nombre d'enfants qui n'ont pas de place à l'école. «On tolère des choses ici qu'on ne tolèrerait pas ailleurs. Si on prend le journal et qu'on remplace ‘Mayotte' par ‘Bretagne', personne n'y croirait!» Un adolescent est décédé récemment des suites d'un réglement de compte. En janvier, plusieurs agressions à l'arme blanche ont été recensées dans un collège et une école, ce qui a poussé les enseignants à exercer leur droit de retrait. Des parents ont également manifesté dans les rues ou en sit-in devant les écoles.

«Le travail des policiers est de plus en plus difficile»

Tamhani M'madi demande à l'État d'adopter des «mesures d'urgence», à savoir plus de moyens pour la justice et la police, ainsi qu'une réflexion sur le devenir de ce département. Pour lui, le plan de développement «Mayotte 2025» ne saurait être une réponse suffisante au problème structurel que connaît ce territoire de l'océan Indien, destination privilégiée d'une immigration pauvre des îles Comores alentour.

«Depuis 2014, la délinquance explose», confirme Éric Mildenberger, délégué national à l'Outre-mer du syndicat de police Alliance. Les agressions physiques ont augmenté de 50% en un an, et près de 35% des délinquants sont mineurs à Mayotte. «Un sous-préfet a par exemple été récemment cambriolé, le sentiment d'insécurité se développe et le travail des policiers sur place est de plus en plus difficile», pointe le syndicaliste. Pour l'heure, aucun renfort en matière d'effectifs de police n'est envisagé. Seules deux enquêtes ont été diligentées pour évaluer les besoins.

En novembre, la visite de la ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, à Mayotte, a mal tourné.

Plusieurs syndicats ont perturbé son déplacement avec des actions coups de poing pour revendiquer «l'égalité des droits» par rapport à la métropole. Malgré le rapport alarmant de la Cour des comptes, rendu public en janvier, sur le bilan du passage de Mayotte au statut de département, George Pau-Langevin continue de se dire «confiante». En janvier pourtant, l'ancien député UMP de Mayotte Mansour Kamardine expliquait au Figaro que le territoire était «au bord de la guerre civile». «Les Mahorais vivent barricadés chez eux. Si on n'arrive pas à contenir l'immigration clandestine, je crains le pire. Aujourd'hui, quand on est Mahorais, il faut être courageux pour laisser ses enfants aller à l'école publique à Mayotte. C'est devenu invivable. Sommes-nous condamnés à accepter l'inacceptable? Il faut un réveil, un sursaut pour sortir Mayotte du marasme», alertait-il.

Par Mathilde Siraud le 23/02/2016

Le Figaro