http://collectifmeretfrancophonie.fr/wp-content/uploads/2016/02/200BC72DF4C045E89762A92C505194AF.jpg

http://collectifmeretfrancophonie.fr/wp-content/uploads/2016/02/INFO_COMEF_02_B.jpg

Superpompe de l’immigration de masse, le principe de solidarité diasporale (défini en 2012 par la Commission européenne), qui prétend que les transferts de fonds des migrants vers leurs pays d’origine permettent le bon développement de leur économies, coûte chaque année au moins 10 milliards d’euros – et jusqu’à 17 milliards d’euros en comptant les estimations de flux informels – de fuite des capitaux à la France. Défendue aussi bien par Nicolas Sarkozy que par François Hollande, cette fable du développement par l’émigration entretient en réalité misère, dépendance, et flux migratoires massifs tout en empêchant l’émergence d’économies solides dans les pays d’émigration.

Collectif Mer et Francophonie