Bruxelles arrentats

"2015 a été difficile, je crains que 2016 ne soit terrible", confie à l'Agence France-Presse un responsable français de la lutte antiterroriste, qui demande à rester anonyme. Sur son écran de télévision, dans son bureau, les images d'une bouche de métro fumante, de l'aéroport dévasté de Bruxelles, siège de l'Union européenne et de l'Otan.

"Les attaques de Bruxelles sont clairement une vengeance après la vague d'arrestations, c'est une escalade. Elles prouvent qu'ils ont des hommes prêts à tout moment à des opérations kamikazes, avec des armes, des explosifs, affirme-il. Leur message, c'est : Nous sommes toujours là, vous ne pourrez pas nous arrêter.

En France, mais aussi en Europe, il y a du souci à se faire, ajoute-t-il.

"Nous allons subir une vague de terrorisme très puissante, qu'on ne pourra enrayer que partiellement. On attrapera certaines équipes, il n'y a jamais eu autant d'arrestations, mais on ne pourra pas les avoir tous. C'est impossible. Nous sommes submergés."

Le 22/03/2016

Le Point