Police belge 1

De jeunes manifestants s'en sont pris ce samedi aux forces de l'ordre dans la commune bruxelloise de Molenbeek, leur jetant notamment du mobilier urbain. La police a annoncé avoir procédé à une centaine d'interpellations.

Situation tendue ce samedi en fin d'après-midi dans la commune bruxelloise de Molenbeek, en Belgique. De nombreux policiers avaient été déployés sur place en début d'après-midi quand des jeunes s'en sont pris aux forces de l'ordre.

La manifestation à l'appel du groupuscule français d'extrême droite Génération identitaire, qui avait été interdite par les autorités pour des raisons de sécurité, n'a pas eu lieu. Mais c'est une contre-manifestation qui a quelque peu dégénéré en milieu d'après-midi. Plusieurs centaines jeunes du quartier se sont donné rendez-vous au cœur de Molenbeek et certains sont allés au conflit avec les forces de l'ordre, notamment en leur jetant du mobilier urbain.

La situation s'est particulièrement tendue en fin d'après-midi peu après 16h30. Un véhicule de type A1 a délibérément foncé sur les forces de l'ordre. A son bord, entre deux et trois personnes. Les policiers ont tenté d'interpeller ce véhicule lorsqu'il fonçait sur leur barrage, sans succès. Cette voiture a alors continué sa route renversant au passage une femme, grièvement blessée. Elle est ce soir dans un état critique, selon les autorités. Selon nos informations, l'un des occupants, un jeune de Molenbeek, a été interpellé.

"Situation compliquée"

Samedi soir, la police a annoncé avoir procédé à une centaine d'interpellations.

Ces échauffourées qui "témoignent de la situation compliquée depuis les attentats" de Paris et de Bruxelles, a réagi auprès de BFMTV Sarah Turine, l'adjointe au maire de Molenbeek

"La police était là en nombre et a permis d'éviter que des fascistes se rendent sur la place communale. Mais il y a eu ce mix entre une présence très importante de policiers, présence très importante de journalistes, et des jeunes qui étaient là et qui voulaient voir si des fascistes allaient arriver ou pas", a-t-elle encore commenté. "Ce mix a quand même créé à un certain moment quelques tensions, mais le principal c'est que les fascistes n'ont pas pu arriver jusqu'ici."

Le 02/04/2016

BFM-TV

Note BYR : Ouf, l'adjointe au bourgmestre de Molenbeek est heureuse : "le principal c'est que les fascistes n'ont pas pu arriver jusqu'ici", et ici, apparemment, ce n'est plus un territoire de Belgique...Terrible !